Les femmes dans les Caraïbes : Opération antidrogue à Curaçao

Galerie d'images

Article de nouvelles / Le 22 juin 2021

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.  

Par le major Angela Hudson, 964e Escadron de contrôle aérien aéroporté expéditionnaire

Il est rare que la proportion de femmes militaires en service dans une opération atteigne 20 p. 100. Ce qui est encore plus rare, c’est lorsque ce 20 p. 100 de femmes occupent des rôles clés de leadership. Or, c’est précisément ce qui s’est passé en mars dernier lors du déploiement opérationnel antidrogue lancé dans les Caraïbes. Des militaires de la coalition provenant de la base aérienne Tinker, en Oklahoma, et de la base aérienne Fairchild, à Washington, se sont rejoints à l’Emplacement d’opérations avancé (EOA) Curaçao.

L’EOA Curaçao a été établi en 2000 à la suite d’un accord multilatéral entre le Royaume des Pays-Bas et les États-Unis en vertu duquel les aéronefs et leur équipage sont temporairement déployés à l’EOA pour mener des opérations antidrogues. Encore à ce jour, les États-Unis sont reconnaissants envers le peuple et le gouvernement de Curaçao pour leur soutien à cette mission et pour notre partenariat continu en vue d’appuyer les efforts internationaux visant à lutter contre le trafic mondial de stupéfiants.

L’opération antidrogue à Curaçao a été menée par la commandante du 964e Escadron de contrôle aérien aéroporté expéditionnaire, le major Angela Hudson de l’Aviation royale canadienne, et par la directrice des opérations de l’EOA Curaçao et du Aruba Detachment 2, le major Kristen Rosenberg des Forces aériennes des États-Unis. Ces deux femmes étaient accompagnées d’une équipe de leadership essentiellement féminine, composée de la capitaine Carley Gross et de la capitaine Elizabeth Hicks, pilotes de KC‑135 et de E‑3 respectivement, ainsi que de la sergente-maître [Master Sergeant] Esther Bass, sous-officière responsable des forces de sécurité de l’EOA, de la première sergente [First Sergeant] Rose Marie Tamba et du membre du personnel navigant la plus haute gradée, la sergente-maître Latisha Russell, alors qu’elles ont dirigé plus de 130 militaires dans l’exécution de l’opération antidrogue en Amérique du Sud, en Amérique centrale et dans la région des Caraïbes. 

La Journée internationale des femmes a été l’occasion parfaite de reconnaître la valeur que ces femmes apportent aux forces aériennes du Canada et des États-Unis, et leur rôle direct dans le succès de cette opération. Elles se sont réunies le matin du 8 mars pour souligner cette occasion spéciale et célébrer leurs succès à toutes.

Lors de l’activité L’autonomisation des femmes contribue à créer un monde plus pacifique : comment le gouvernement américain peut tirer parti du programme sur les femmes, la paix et la sécurité pour faire progresser l’égalité des sexes et promouvoir la paix tenue en ligne par Femmes, paix et sécurité le 29 mars 2021, le commandant de l’United States Southern Command, l’amiral Craig S. Faller des Forces navales des États-Unis, a raconté avoir été témoin, lorsque des femmes ont intégré le navire militaire sur lequel il naviguait, de l’augmentation de l’efficacité au combat de son équipage et de la hausse de sa crédibilité en tant que force militaire.

Par ailleurs, Faller a affirmé que « bien que des progrès aient été faits, ils ne sont pas suffisants », avant d’ajouter que « la force de nos sociétés peut et doit se refléter au sein de nos formations ». Ses propos ont trouvé écho chez de nombreux leaders, qui ont fait valoir que les femmes restent un genre sous-représenté que l’on pourrait mettre à profit dans une bien plus grand mesure.

Le Congrès américain a adopté la Women, Peace, and Security Act de 2017, une loi qui codifie cette réalité et à partir de laquelle le Département de la défense a élaboré des objectifs stratégiques clés en 2020. Le premier de ceux-là vise à solliciter et à soutenir la préparation et la participation significative des femmes du monde entier relativement aux processus décisionnels liés aux confits et aux crises. L’ambassadrice Jean Manes, qui détient le portefeuille Femmes, paix et sécurité au United States Southern Command, souligne que l’un des principaux buts est de « rendre l’invisible visible. »

Les succès des aviateurs et des aviatrices irréprochables qui ont pris part à ce déploiement symbolisent l’aboutissement d’efforts consentis au plus haut niveau de l’armée. Ces femmes sont l’image parfaite de la représentation féminine en constante amélioration soulignée par Faller.

Dans le cadre des opérations récurrentes de l’EOA Curaçao en 2021, le E‑3 AWACS et le KC‑135 ont permis d’apporter de l’aide dans la saisie de plus de 272 kilogrammes de stupéfiants illégaux. 

Toutefois, il ne s’agit pas d’un effort individuel. En effet, tout au long de l’année, l’AWACS est appuyé par les efforts des Forces navales des États-Unis, de la garde côtière américaine, de la division maritime de la United States Customs and Border Protection ainsi que de la Drug Enforcement Administration, ce qui maximise l’opérabilité interorganisationnelle de la mission. Toutes les organisations qui y prennent part fournissent du renseignement et du soutien opérationnel dans le cadre de la Joint Interagency Task Force – South, laquelle supervise et coordonne les efforts. Les États-Unis, le Canada et vingt autres nations partenaires combinent depuis longtemps leurs efforts dans le but de perturber la circulation de stupéfiants illégaux provenant de l’Amérique du Sud, de l’Amérique Centrale et de la région des Caraïbes. 

La participation de ces femmes est essentielle pour empêcher la distribution de stupéfiants illégaux et pour perturber ces activités. Qui plus est, elle constitue une image puissante de la nature en constante évolution de l’influence des femmes à l’échelle mondiale, ce qui s’harmonise avec la Women, Peace, and Security Act de 2017 et la stratégie du Département de la défense des États-Unis. Comme l’exprime le major Hudson : « Nous représentons les gardiennes et les artisanes de la paix, et nous maintenons notre engagement envers l’avancement des femmes et la poursuite de la paix et de la sécurité mondiales. »

 

Parmi les femmes qui ont participé à cette mission, on retrouve le major Angela Hudson, le major Kristen Rosenberg, la capitaine Carley Gross, la capitaine Elizabeth Hicks, la première- lieutenante [First Lieutenant] Ashley Morgan, la première-lieutenante Erika Santos, la première-lieutenante Leah Teh, la sergente-maître Esther Bass, la sergente-maître Latisha Russell, la sergente-maître Rose Marie Tamba, la sergente technicienne [Technical Sergeant] Natalie Trosper, la sergente d’état-major [Staff Sergeant] Georgie Busbee, la sergente d’état-major Tayler Crichlow, la sergente d’état-major Megan Harter, la sergente d’état-major Victoria Heitkamp, la sergente d’état-major Breanna Talford, la sergente d’état-major Samantha Zahn, l’aviatrice principale [Senior Airman] Willey Kennedy, l’aviatrice principale Kelsey Kerker, l’aviatrice de 1re classe [Airman 1st Class] Diana Barcenas, l’aviatrice de 1re classe Krista Carbo, l’aviatrice de 1re classe Alexandra Lehmann, l’aviatrice de 1re classe Shartavia Oaks, l’aviatrice de 1re classe Cecile Rodriguez, l’aviatrice de 1re classe Savannah Whitaker et l’aviatrice de 1re classe Kalia Woodhead.

 

Rester à jour

Date de modification :