Un nouveau satellite renforce les capacités des Forces armées canadiennes en matière de communications

Article de nouvelles / Le 20 mars 2017

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Ministère de la Défense nationale et Forces armées canadiennes

Des représentants des Forces armées canadiennes (FAC) et du ministère de la Défense nationale (MDN) se trouvaient à Cap Canaveral, en Floride, le 18 mars 2017, pour assister au lancement du neuvième satellite de la constellation du système mondial de communications par satellites à large bande (WGS-9).

Une fusée Delta IV des États-Unis a permis de lancer le satellite WGS-9 à 20h18, au Space and Missiles System Center de la United States Air Force, à Cap Canaveral. Ce satellite contribuera à répondre aux besoins des FAC en matière de télécommunications par satellite (SATCOM) stratégiques pendant de nombreuses années.

« Les opérations militaires dépendent de plus en plus de capacités basées dans l’espace, dit le brigadier-général Blaise Frawley, directeur général – Espace de l’Aviation royale canadienne. Le satellite WGS-9 permettra d’améliorer encore davantage la fiabilité du réseau de SATCOM et de nous assurer que nos forces peuvent communiquer efficacement pour être en mesure de réussir leurs missions. »

Le Canada a investi 340 millions de dollars dans le développement du programme WGS-9, ce qui représente la plus grande contribution financière parmi les cinq pays partenaires dans le cadre de ce projet. La participation du Canada s’inscrit dans le cadre du projet Mercury Global du ministère de la Défense nationale, qui met à profit les capacités des huit autres satellites WGS déjà en orbite.

Le Canada a obtenu l’accès à la constellation WGS en mai 2013, et il a utilisé cette capacité depuis pour répondre aux besoins des FAC en matière de communications dans le cadre de plusieurs missions partout dans le monde.

« La contribution du Canada à ce projet lui permet d’obtenir un soutien essentiel en matière de communications pour les opérations des Forces armées canadiennes partout dans le monde, dit Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense nationale. En investissant dans des moyens novateurs comme le projet Mercury Global, les Forces armées canadiennes se maintiennent à l’avant-garde des capacités de défense, tout en enrichissant leurs relations avec leurs partenaires et alliés sur la scène internationale. »

En fin de compte, le projet Mercury Global permettra d’accéder à toute la bande passante allouée de la constellation de satellites WGS à partir de stations d’ancrage établies à Shirleys Bay, près d’Ottawa, en Ontario, à Great Village, en Nouvelle-Écosse, et à la BFC Esquimalt, en Colombie-Britannique. Ces stations abritent des antennes et l’infrastructure connexe au sol.

La capacité d’échanger une grande quantité de renseignements entre les quartiers généraux et les forces déployées est devenue cruciale dans les opérations militaires modernes. C’est ce qu’on a pu constater dans le cadre du soutien accordé aux missions de l’OTAN, comme l’opération Reassurance en Europe et les opérations de la coalition comme l’opération Impact au Moyen-Orient. Le projet Mercury Global constitue un moyen efficace de répondre aux besoins des FAC en matière de communications pour les opérations nationales et expéditionnaires.

Au total, le Canada a investi 452 millions de dollars dans le projet Mercury Global. Cette somme compte la contribution à l’acquisition du neuvième satellite, le soutien en service de la constellation de satellites WGS, des antennes de grande dimension à installer à trois sites au Canada et des terminaux stratégiques déployables. Le partage des coûts avec nos partenaires et alliés étrangers est une option beaucoup plus rentable que celle de construire et d’entretenir un système satellite entièrement canadien. 

En plus des États-Unis, qui possèdent et ont lancé le satellite, le Danemark, le Luxembourg, la Nouvelle-Zélande et les Pays-Bas comptent parmi nos partenaires étrangers qui participent au projet WGS-9.

Date de modification :