Entraînement et victoire du 436e Escadron en Arkansas

Galerie d'images

Article de nouvelles / Le 17 mars 2017

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Par le capitaine Jay Marrin

Soixante-et-onze membres du personnel de la 8e Escadre Trenton, en Ontario, dont des membres du 436e Escadron de transport, se sont rendus à Little Rock, en Arkansas, et à Alexandria, en Louisianne, pour participer à l’exercice Green Flag Little Rock (GFLR) 17-04, qui s’est déroulé du 7 au 19 février 2017.

Organisé par le 34e Escadron d’entraînement au combat de l’United States Air Force, cet exercice regroupait environ 4 300 membres du personnel de six bases de l’USAF, de l’U.S. Army, de l’U.S. Marine Corps, de l’armée britannique et de l’Aviation royale canadienne dans le cadre d’activités de coalition hautement dynamiques et axées sur des scénarios.

« Entraîner le personnel navigant et le personnel de soutien pour qu’il puisse opérer plus efficacement avec nos alliés est l’une des choses qui nous enthousiasment le plus lorsque nous participons à l’exercice GFLR, souligne le major Gerald Fraser, commandant adjoint du 436e Escadron de transport et commandant du détachement des Forces canadiennes durant l’exercice. Je suis impatient de voir les jeunes membres de notre personnel revenir à la maison riches d’une nouvelle expérience dans des rôles aussi différents qu’exigeants. »

Les participants à cet exercice étaient évalués sur tous les aspects touchant les opérations, la maintenance, le soutien au mouvement aérien, la recherche du renseignement et le rendement du personnel navigant.

Grâce au soutien du personnel de la maintenance, du renseignement, du mouvement aérien, des cellules d’opération et des autres ressources de soutien, les quatre équipages du 436e Escadron ont obtenu d’excellents résultats et ont remporté les deux premiers prix de la compétition : le « Prix : technicien civil des munitions (TCM) », remis au meilleur équipage, et le « An Lộc Memorial Award », remis à l’équipage ayant effectué le meilleur parachutage (nommé en l’honneur d’une bataille ayant eu lieu en 1972, au Vietnam, à l’occasion de laquelle le matériel qui avait été parachuté a contribué à inverser le cours de la guerre).

L’un des équipages d’arrimeurs a été récompensé pour avoir obtenu la plus haute note quant au rendement, et les quatre équipages canadiens se sont classés aux quatre premiers rangs des quatorze équipages ayant participé à l’exercice.

Les missions dans le cadre de cet exercice comprenaient le parachutage de militaires et de cargaison, le vol en formation, l’atterrissage sur des surfaces rudimentaires, le vol tactique à basse altitude, des opérations de fonctionnement du moteur ainsi que le chargement et le déchargement de cargaison. Ces missions pouvaient avoir lieu de jour comme de nuit; les militaires portaient des lunettes de vision nocturne pendant les opérations de nuit.

Cet événement a aussi mis à l’épreuve les compétences en matière de survie, évacuation/évasion, résistance et extraction (SERE). En effet, des événements de SERE non annoncés ont eu lieu tout au long de l’exercice. Pendant qu’ils menaient leurs activités de routine autour de l’appareil, les équipages aériens étaient surpris par l’arrivée de spécialistes en SERE, qui leur demandaient de rassembler rapidement leurs sacs. Comme dans les situations réelles, le personnel navigant n’a aucune idée de ce qui l’attend lorsque l’avion s’écrase.

 « Nous avons visé un groupe de pilotes qui s’attendaient à une mission de parachutage; nous les avons détournés de leur programme et les avons emmenés loin dans les bois. Nous avons mis à l’épreuve leur entraînement et leurs compétences et nous les avons évalués », indique le sergent d’état-major Peavey de l’USAF, un spécialiste en matière de SERE.

En tout, le 436e Escadron de transport a parachuté au cours de cet exercice 215 militaires et 13 600 kg (38 000 livres) de marchandise; il a aussi transporté 70 300 kg (155 000 livres) de cargaison supplémentaire entre la base d’étape et les pistes d’atterrissage rudimentaires.

Le lieutenant-colonel Zan Sproles, le directeur d’exercice du 34e escadron d’entraînement au combat, indique que l’exercice GFLR s’inscrit dans un objectif élargi d’entraînement et met en évidence l’importance de participer à des exercices aux côtés de nos alliés.

« Green Flag n’est pas qu’un exercice, il fait plutôt partie d’un grand scénario d’entraînement interarmées, mené par le Centre d’entraînement interarmées à la disponibilité opérationnelle de l’U.S. Army, dont l’objectif est de valider la capacité d’une unité de formation par affectations successives à mener à bien sa mission dans le cadre de la défense des objectifs nationaux. » (Au sein des Forces américaines, une « unité de formation par affectations successives » fait partie du cycle d’entraînement pour devenir la prochaine unité à niveau de préparation élevé ou la prochaine unité à être déployée.)

« Les opérations unilatérales, qu’il s’agisse de combat ou non, sont chose du passé; les opérations interarmées et les opérations de coalition sont maintenant la norme, poursuit-il. L’avantage d’inviter des partenaires internationaux à nos exercices, c’est de pouvoir résoudre les différentes contraintes opérationnelles et les problèmes d’interopérabilité dans le contexte de l’entraînement.

Aux États‑Unis, c’est le seul scénario d’entraînement qui combine la mobilité terrestre et aérienne ainsi que les forces aériennes de combat dans le cadre d’un entraînement pertinent et rigoureux, qui regroupe divers échelons et qui consolide la disponibilité opérationnelle interarmées », ajoute-t-il.

 « Il n’y a pas deux exercices semblables; c’est ce qui contribue à l’amélioration de la mobilité terrestre et aérienne. Les aptitudes au combat sont mises à l’épreuve et l’exercice fait vivre des expériences réelles aux côtés de partenaires, ce qui serait impossible dans le cadre d’un entraînement chez soi », fait remarquer le colonel Charles Brown, commandant de la 19th Airlift Wing.

Le capitaine Captain Marrin est pilote au 436e Escadron.

Photos prises par Senior Airman Stephanie Serrano et Senior Airman Mercedes Taylor, relations publiques de la 19th Airlift Wing.

Date de modification :