L'édition 2016 de l'opération Nanook prend fin dans le Nord canadien

Communiqué / Le 2 septembre 2016

De la Défense nationale / des Forces armées canadiennes

L’édition 2016 de l’opération Nanook, une opération annuelle de souveraineté menée dans le Nord du Canada, a conclu le 2 septembre 2016. Environ 850 militaires et civils ont pris part à l’opération, qui était axée sur les opérations interinstitutions avec les organismes fédéraux et territoriaux au Yukon, et sur les opérations de sécurité à Rankin Inlet (Nunavut).

« En participant à l’opération Nanook au cours des neuf dernières années, les Forces armées canadiennes, ainsi que leurs partenaires aux échelons fédéral, provinciaux et municipaux, ont élaboré des approches pangouvernementales pour surmonter les difficultés rencontrées dans le Nord. Je suis extrêmement fier d’avoir été témoin du travail extraordinaire de nos Forces armées canadiennes lors de mon séjour ici, au Yukon, et je remercie chaleureusement nos hôtes et partenaires du Yukon et du Nunavut pour avoir contribué au succès de cette opération, » a dit Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense nationale

Plusieurs activités ont été menées aux environs de Rankin Inlet, notamment des patrouilles militaires, des exercices de recherche et sauvetage, et des simulations de combats. Dans les régions de Whitehorse et de Haines Junction (Yukon), on a simulé une intervention pangouvernementale après-séisme. L’opération a donné lieu à plusieurs moments forts, dont une étroite collaboration entre les organismes fédéraux, territoriaux, municipaux et autochtones, de même qu’avec divers organismes non gouvernementaux. Les équipages d’hélicoptères CH‑146 Griffon qui ont pris part à l’opération ont aussi participé à une vraie mission de recherche et sauvetage pour secourir des pagayeurs alaskiens échoués. L’opération Nanook s’est conclue par la visite de l’honorable Harjit Sajjan, ministre de la Défense nationale.

« L’édition 2016 de l’opération Nanook a atteint les objectifs fixés par la Force opérationnelle interarmées (Nord) et les Forces armées canadiennes, c’est-à-dire collaborer avec nos organismes et ministères partenaires pour assurer la sécurité et la protection du Nord canadien en cas d’incident, qu’il s’agisse de protéger la souveraineté du Canada ou d’intervenir à la suite d’une catastrophe naturelle, » a dit le brigadier-général Mike Nixon, commandant de la Force opérationnelle interarmées (Nord).

L’opération Nanook permet aux Forces armées canadiennes de mettre en évidence leur capacité à mener efficacement des opérations dans le Nord, de resserrer les liens avec leurs partenaires de la région, et de renforcer la capacité collective du Canada à intervenir en cas d’urgence dans le Nord de son territoire.

« Les Premières Nations Champagne et Aishihik, et les communautés de Whitehorse et de Haines Junction ont été de merveilleux hôtes. Nous avons été chaleureusement accueillis ici, dans ce bel endroit qui répond parfaitement aux besoins de notre simulation de séisme parce qu’il est situé sur ligne de faille où il y a régulièrement de l’activité sismique. L’édition 2016 de l’opération Nanook nous a donné une formidable occasion de travailler avec les Rangers canadiens, ainsi qu’avec des équipes de recherche et sauvetage, la GRC et de nombreux autres partenaires dans le Nord, » a dit le lieutenant-colonel Eric Landry, commandant de la Force opérationnelle du Yukon.

Date de modification :