Une nouvelle réserviste de l’ARC a hâte de servir son pays

Article de nouvelles / Le 7 mars 2018

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Le 8 mars est la Journée internationale des femmes

Par le capitaine Trevor Ackland

Le 19 janvier 2018 était un grand jour à la 5e Escadre Goose Bay, à Terre-Neuve-et-Labrador, où l’aviateur Lorna Clark a prêté serment à titre de militaire de l’Aviation royale canadienne.

L’aviateur Clark est la deuxième personne de la collectivité de Happy Valley-Goose Bay à se joindre à la Réserve de l’ARC, et est également une membre fière de la collectivité métisse. Son enrôlement représente aussi un événement tout particulier pour l’escadre, parce que la jeune femme a été recrutée par la caporal-chef Krista Blizzard, première personne de la Réserve de l’ARC à être recrutée à Happy Valley-Goose Bay.

« Tout au long de mon adolescence, j’ai toujours eu un fort désir de me joindre à l’ARC », affirme l’aviateur Clark. « Jamais je n’ai cru, toutefois, que c’était quelque chose que j'aurais pu faire. D’autres membres de ma famille, des femmes, se sont enrôlées dans l’armée. Je les admire beaucoup d’avoir atteint cet objectif de carrière. »

Lorna Clark travaille à la 5e Escadre depuis 2013. Elle a commencé à la cuisine de la base, s’est ensuite jointe à l’équipe du Programme de soutien du personnel, pour enfin travailler à la salle des rapports de l’escadre. Elle estime que le temps qu’elle a passé au travail avec ses amis militaires lui a donné l’occasion de se rendre compte des liens spéciaux qui se forment pendant une carrière militaire, mais aussi de l’atmosphère familiale qui règne à la 5e Escadre. Elle dit que cette ambiance fait naître chez elle un sentiment d’appartenance.

Soutenue par sa famille et ses collègues militaires, l’aviateur Clark a fait une demande pour participer au Programme d’enrôlement des Autochtones des Forces canadiennes (PEAFC) en 2016. Sa demande acceptée, elle est allée suivre le programme à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Le programme s’adresse aux Autochtones qui envisagent de mener une carrière dans les Forces armées canadiennes (FAC), sans toutefois que ceux-ci aient l’obligation de s’enrôler dans les FAC avant ou après avoir suivi le cours.

À Saint-Jean-sur-Richelieu, elle a passé trois semaines à apprendre en quoi consistent la vie militaire et les exercices militaires, à suivre l’instruction de base sur les armes, à s’orienter à l’aide d’une carte et d’une boussole, et à passer l’inspection du matin, entre autres. Cette expérience lui a ouvert les yeux, dit-elle, parce qu’elle a appris beaucoup sur toutes les occasions qui s’offraient à elle dans l’ARC.

L’aviateur Clark a aussi beaucoup appris sur elle-même et sur ses capacités. « On m’a remis un prix à la fin du PEAFC, le prix des sept enseignements sacrés, quelque chose dont je suis très fière, parce que ce sont mes pairs qui ont voté pour moi », explique-t-elle. Les sept enseignements sacrés sont la vérité, l’humilité, l’honnêteté, le courage, l’amour, la sagesse et le respect. Le participant au cours qui, selon ses pairs, montre le mieux ces caractéristiques remporte le prix.

Quand elle est retournée à Goose Bay, la militaire a décidé qu’elle voulait faire carrière dans l’ARC. Elle a donc repris ses études et a passé le Test d’aptitude des Forces canadiennes. Elle s’est montrée apte à faire partie de nombreux groupes professionnels, mais son premier choix de carrière était celui de technicien en photographie et en vidéographie. Maintenant qu’elle est enrôlée, elle a hâte d’apprendre les compétences nécessaires et d’atteindre un objectif de longue date.

L’aviateur Clark dit qu’elle a hâte à sa nouvelle carrière et à toutes les nouvelles occasions qui se présenteront, et surtout, que servir son pays représentera sa plus grande récompense.

Date de modification :