Stéphanie Hempel, la fiancée du caporal-chef Alfred Barr, émet une déclaration

Article de nouvelles / Le 14 mars 2017

« Alfred Barr est l’homme le plus merveilleux que j’ai connu. Il était incroyablement gentil et attentionné; il plaçait toujours les autres avant lui. Il était toujours encourageant et positif, même dans les moments difficiles, et il m’a motivée, moi et les autres, à travailler fort et à essayer différentes choses. Il accordait une très grande importance à sa famille, et il était aussi devenu un membre à part entière de la mienne.

« Alfred était remarquablement intelligent et talentueux, mais il demeurait modeste par rapport à ses réalisations. Toute sa vie, il a aimé apprendre. Il avait tellement de passe-temps et d’intérêts créatifs : il aimait cuisiner, travailler le bois et s’adonner à la maroquinerie, entre autres. Quand nous avions commencé à nous fréquenter à distance, nous nous écrivions des lettres, et Alfred utilisait du papier fin et des plumes à calligraphie, et il scellait les enveloppes avec de la cire. Il avait tout simplement sorti le grand jeu pour nous deux.

« Il aimait se lancer des défis physiques. En plus d’être un ultra-marathonien, il était un amateur de vélo à pneus surdimensionnés (fat bike) et de canotage. Il voulait tout essayer au moins une fois. Bon nombre de ses aventures avaient pour décor la nature et les étendues sauvages du Canada. Au-delà de tout ça, il avait pris l’initiative de se renseigner sur les autres cultures; il apprenait d’autres langues, comme le danois, l’allemand et le français.

« Alfred était un vrai Canadien. Il adorait les montagnes albertaines, et tout particulièrement le parc national des Lacs-Waterton. Originaire de Fort Nelson (C.-B.), mais considérant Lethbridge (Alberta) comme sa ville d’appartenance, il avait aussi une grande passion pour les forêts sauvages et les températures plus fraîches, qui lui permettaient d’exercer ses aptitudes de survie en forêt et de s’adonner au camping.

« Je chérirai l’amour qui nous unissait pour toujours. Il était le genre d’homme qui profitait de la vie à fond. Il aimait la vie.

« Alfred m’a toujours manifesté un amour qui ferait l’envie de bien des gens. Le genre d’amour à l’eau de rose qui vous fait chaud en-dedans et qui vous enveloppe comme un cocon. Alfred était mon cocon. Il m’a montré la sécurité et l’aventure. Ce qui lui est arrivé est cruel et injuste, mais il comprenait les risques et il les a pris en toute connaissance de cause. Comme il l’a toujours fait. Il connaissait les dangers liés à son travail, et il adhérait totalement à la devise des techniciens en recherche et sauvetage : pour sauver des vies. Je suis si fière de son courage, de sa force, et de son dévouement à aider les autres.

« Alfred s’inquiétait toujours des cadeaux qu’il m’offrait. S’ils me suffisaient. Mais il m’a donné le cadeau du véritable amour. Il m’a donné vie. Et j’espère que je pourrai lui rendre hommage en suivant son exemple, en partageant avec les autres sa passion pour la vie.

« La situation me semble totalement irréelle. Je continue de m’attendre à voir Alfred passer la porte. Lui et moi étions si heureux ensemble. Nous avions planifié de voyager, d’avoir des enfants et de vieillir côte à côte. Notre aventure ensemble venait à peine de commencer. Il ne méritait pas de mourir. Il me manque terriblement et je le porterai dans mon cœur à jamais. » 

—Stéphanie Hempel, fiancée du caporal-chef Alfred Barr

La fiancée et les membres de la famille du caporal-chef Barr sont touchés par tous les messages de soutien, et demandent maintenant aux médias et au public de respecter leur vie privée pendant qu’ils vivent leur deuil.

Date de modification :