Les œuvres d’art du Programme d’entraînement aérien du Commonwealth britannique

Article de nouvelles / Le 18 juillet 2016

Pour voir d’autres photos, cliquez sur l’image sous « Galerie d’images ».

Major Bill March

Il est fait grand cas cette année du Programme d’entraînement aérien du Commonwealth britannique (PEACB) et de son incidence sur le Canada. Même si la formation d’escadrons outre-mer de l’Aviation royale canadienne (ARC), en vertu de l’article XV de l’entente, est le catalyseur de la commémoration, cette entreprise gigantesque visant à former des dizaines de milliers d’aviateurs canadiens et alliés fut au fond un projet national.

Le PEACB, c’est une entreprise pancanadienne à laquelle ont participé les gouvernements fédéral et provinciaux, les administrations municipales, l’ARC, l’industrie et les citoyens ordinaires. Des milliers d’hommes et de femmes ont été recrutés partout au Canada pour assurer le bon fonctionnement des terrains d’aviation, des installations et des unités du Programme. Ajoutez les milliers de stagiaires provenant de coins éloignés du pays à l’équation et vous comprendrez à quel point le PEACB est un événement marquant de l’histoire du Canada.

Rien d’étonnant donc que « Le Programme » a frappé l’imagination d’une multitude d’artistes en aviation.

Il m’est impossible de rendre justice à tout l’excellent travail et à tous les artistes talentueux qui se sont inspirés du PEACB, alors je me contente de vous présenter un échantillon. Les artistes dont je parle dans le présent article sont membres de l’Association canadienne des artistes de l’aérospatial. Comme son nom le dit, c’est une organisation qui appuie et fait la promotion d’artistes qui s’intéressent, entre autres, à la riche histoire aérospatiale du Canada – tant civile que militaire. Le site Web de l'Association (en anglais uniquement) vaut vraiment le détour.

Les œuvres d’art choisies mettent en scène les aéronefs du PEACB, les « grands oiseaux jaunes ». C’est un choix délibéré, car pour beaucoup de personnes le PEACB est synonyme d’aéronefs jaunes vrombissant ou – dans le cas des plus petits aéronefs, comme le Moth du constructeur de Havilland – broutant au-dessus de leur tête.

Lorsque vous admirez les œuvres d’art, pensez à la dimension humaine derrière l’image : les instructeurs et les jeunes stagiaires dans l’aéronef, nombre desquels périront durant la guerre; les hommes et les femmes au sol qui contribuent au bon déroulement de l’instruction; les familles dont la vie est devenue en quelque sorte inextricablement liée au Programme.

Le PEACB est un véritable exemple de réussite canadienne.

Artistes

Ardell Bourgeois

M. Bourgeois nait en Alberta et parcourt l’Amérique du Nord avec sa famille avant que cette dernière ne s’installe à Chilliwack, en Colombie-Britannique, lorsque son père prend sa retraite des Forces armées canadiennes. Après l’école secondaire, il s’inscrit au collège d’art et de design Emily Carr où il obtient un diplôme en animation et en études tridimensionnelles.

Il travaille comme artiste autonome et s’intéresse principalement au domaine de l’aviation, un sujet qui l’obsède depuis toujours. Plusieurs de ses œuvres ont été exposées dans des expositions internationales sur l’aviation au Canada et aux États‑Unis. Ses peintures ont notamment été exposées au Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, à Ottawa, au musée de l’aviation de Seattle, dans l’État de Washington, et au musée national de l’aviation navale à la base aéronavale Pensacola, en Floride, entre autres. Ses œuvres se trouvent également dans des collections privées, gouvernementales et d’entreprises.

M. Bourgeois a été choisi pour participer au projet pilote Programme d’arts des Forces canadiennes et a voyagé à l’étranger pour observer le contingent de la Force aérienne participant à l’opération Apollo (la contribution canadienne à la guerre contre le terrorisme). Il a passé 12 jours dans le théâtre des opérations en juillet 2002, et a pris part à une mission aérienne d’approvisionnement vers Kaboul ainsi qu’une patrouille maritime dans le golfe Persique et le golfe d’Oman.

Il est un membre fondateur de l’Association canadienne des artistes de l’aérospatial, dont il occupe le poste de coordinateur de l’Ouest et de président, et un ancien président de la American Society of Aviation Artists.

Colin Bowley

Aujourd’hui retraité, Colin Bowley vit à Sidney, en Colombie‑Britannique, où il consacre beaucoup de son temps à la peinture de paysages et de sujets liés à l’aviation. L’art et l’aviation ont toujours occupé une place prépondérante dans sa vie.

Il a passé six ans dans les Forces aériennes et a servi en Afrique, au Moyen‑Orient et en Angleterre. À son retour dans la vie civile, il a travaillé comme artiste commercial pour plusieurs studios d’art à Toronto, en Ontario, avant d’être recruté par le fabricant d’aéronefs Avro, en 1958, comme artiste technique durant les derniers jours palpitants de l’Avro Arrow. Il a ouvert son propre studio d’art graphique à Toronto, en 1973, avant de déménager son entreprise à Victoria, en Colombie‑Britannique, en 1995.

M. Bowley était un pilote passionné et a continué de voler jusqu’à sa retraite. Au fil des ans, il a été propriétaire de plusieurs avions et a comptabilisé des centaines d’heures de vol.

Il a reçu de nombreux prix dans le cadre d’expositions d’art présidés par des jurys et ses peintures se trouvent dans des collections d’art privées, publiques et d’entreprises au Canada, aux États‑Unis et en Europe.

Don Connolly

Don Connolly a l’aviation dans le sang. Adolescent, il était passionné par la conception et la construction de modèles d’avions, puis, au début de sa vie d’adulte, il a servi comme spécialiste de la navigation aérienne (entre 1950 et 1966), avant de devenir un artiste professionnel consacrant plus de la moitié de ses peintures à l’aviation. La plupart d’entre elles se trouvent aujourd’hui dans des collections privées, mais plusieurs ont été publiées sur des couvertures de livre ou comme gravures à tirage limité. Environ 150 de ses œuvres se trouvent dans des collections importantes, notamment celle du Musée de l’aviation et de l’espace du Canada et du Musée canadien de la guerre, à Ottawa, en Ontario, du Musée de l’ARC à la 8e Escadre à Trenton, en Ontario, et dans la collection de plusieurs escadrons.

Il est l’un des fondateurs de l’Association canadienne des artistes de l’aérospatial et fut un membre actif, pendant plusieurs années, de l’équivalent américain. M. Connolly se concentre aujourd’hui davantage sur l’art spatial. Sa plus récente peinture dans ce domaine met en scène la Station spatiale internationale qui survole Toronto en direction sud‑est.

Layne Larsen

Layne Larsen est un membre fondateur de l’Association canadienne des artistes de l’aérospatiale, dont il a déjà occupé la présidence, et un rédacteur en chef de longue date du bulletin de nouvelles de l’Association, intitulé « AerialViews ». Il est ingénieur électricien de métier et a servi pendant plus de 37 ans dans l’ARC et les Forces armées canadiennes comme officier du personnel navigant, ingénieur, spécialiste du renseignement, commandant adjoint du Collège militaire royal du Canada, à Kingston, en Ontario, et a accepté de nombreuses affectations militaires au Canada et en Europe. Il a pris sa retraite, alors qu’il détenait le grade de colonel, pour assouvir son intérêt pour l’art. Les œuvres du colonel (retraité) Larsen représentant des avions et des animaux se trouvent dans des collections d’art partout au Canada et dans le monde. Il vit à Kingston, en Ontario.

Date de modification :