Les femmes dans l’aviation : la lieutenant-colonel Marie-Claude Osmond

Article de nouvelles / Le 27 avril 2017

Pour voir une plus grande photo, cliquez sur l’image à droite.

Dans la période entre la Journée internationale des femmes, le 8 mars, et la International Women in Aviation Conference (conférence internationale des femmes dans l’aviation), qui aura lieu en juin, nous vous présenterons des entrevues avec des femmes qui occupent un poste de commandement dans l’Aviation royale canadienne.

Aviation royale canadienne

Ville natale : Greenwood, en Nouvelle-Écosse

Groupe professionnel militaire : officière des systèmes de combat aérien

Poste actuel : commandante du 405e Escadron de patrouille à longue portée, basé à la 14e Escadre Greenwood, en Nouvelle-Écosse

Puisque nous devons assurer un service de patrouille de longue portée dans le cadre de l’opération Impact, je veille à ce que nos équipages et spécialistes de l’entretien soient formés et prêts au déploiement en vue de remplir le mandat de notre mission visant à soutenir la Force de stabilisation au Moyen-Orient, la coalition multinationale de lutte contre Daech, tout en continuant de respecter nos obligations liées aux opérations nationales. L’escadron se charge également de l’entretien de première ligne de tous les CP-140 Aurora sur la côte est.

Qu’est-ce qui vous a incitée à vous enrôler dans l’Aviation royale canadienne?

Mon père était navigateur dans les Forces armées canadiennes à bord du CP-107 Argus et du CP-140 Aurora.

Quels sont quelques-uns des points saillants de votre carrière dans l’ARC?

L’un des points saillants de ma carrière est certainement le moment où je suis devenue commandante d’un escadron de patrouille à longue portée.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes femmes qui songent à s’enrôler dans l’ARC?

Restez vous-mêmes lorsque vous essayez de vous tailler une place dans un groupe. N’ayez pas peur d’exprimer vos préoccupations si vous sentez que quelqu’un vous manque de respect au travail. Ce type de comportement n’a pas sa place dans l’ARC ni dans aucune autre organisation. Je suis restée fidèle à moi-même tout au long de ma carrière et j’ai réussi.

Ne laissez personne vous dire que vous êtes incapable de faire quelque chose. Les femmes peuvent faire partie de tous les groupes professionnels. Si vous répondez aux exigences du groupe professionnel, rien ne devrait vous empêcher de faire le travail. Faites confiance à vos aptitudes et n’abandonnez pas.

Quelles sont quelques-unes des difficultés que vous avez surmontées au cours de votre carrière dans l’ARC?

Les gens constituent votre ressource la plus importante dans l’ARC, mais, à certains moments, vous devez prendre des décisions difficiles par rapport au personnel.

De plus, notre unité participe à l’opération Impact depuis octobre 2014 tout en soutenant les opérations au pays, ce qui a une incidence sur l’énergie et le moral des gens. Toutefois, les membres de mon personnel sont fiers de leur travail et s’emploient à faire du mieux qu’ils le peuvent malgré ces difficultés; voilà qui traduit, selon moi, l’esprit de l’ARC. Nous persévérons!         

Que pensez-vous du recrutement, de la formation et du maintien en poste des femmes dans l’ARC?

En vue du recrutement des générations futures, j’estime qu’il serait profitable de visiter les collectivités rurales et d’aller parler aux élèves du secondaire. Ces collectivités ont accès à un nombre limité de possibilités d’emploi. Ainsi, faire connaître les possibilités et les avantages qu’offre l’ARC aux femmes serait très avantageux.

En ce qui concerne le maintien en poste, nous devons nous rendre compte que nous demandons aux militaires d’en faire toujours plus avec moins, ce qui a des conséquences fâcheuses sur eux. Ce n’est pas une situation qui concerne uniquement les femmes.

Date de modification :