Le lieutenant-gouverneur Lincoln Alexander figure parmi les premiers Noirs à servir dans l’ARC

Article de nouvelles / Le 6 février 2017

Pour voir d’autres images, cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d’images ».

Février, Mois de l’histoire des Noirs

Par Joanna Calder

« Mon expérience dans la force aérienne m’a permis d’apprendre la valeur du respect de soi, de la discipline et de la confiance, autant d’éléments qui m’ont été très précieux pendant toute ma vie. Or, ces valeurs s’appliquent à tous les domaines, tant dans la force aérienne que dans l’exercice du droit ou en politique », affirme Lincoln Alexander dans ses mémoires, publiés en 2006, sous le titre Go to School, You’re a Little Black Boy.

Lincoln Alexander, premier Noir canadien à accéder à la Chambre des communes, à devenir ministre fédéral et à servir en tant que lieutenant-gouverneur de l’Ontario, s’est éteint le 19 octobre 2012, à l’âge de 90 ans.

M. Alexander naît à Toronto le 21 janvier 1922. Son père, Lincoln MacCauley Alexander Sr., est originaire de Saint-Vincent-et-les Grenadines et sa mère, Mae Rose Royale, de Jamaïque. Les possibilités d’emploi pour les Noirs sont peu nombreuses à cette époque. Le père de M. Alexander, menuisier, travaille comme bagagiste pour une société de chemin de fer, tandis que sa mère est femme de chambre. M. Alexander obtient son premier emploi dans une blanchisserie de Harlem, à New York, où déménage sa mère après avoir quitté son père dans les années 1930.

En 1942, M. Alexander s’enrôle dans l’Aviation royale du Canada. « Aucun des trois services, ni l’armée, ni la marine ni l’aviation, ne souhaitait accueillir des Noirs », se rappelle-t-il. « J’ai opté pour la force aérienne. Je trouvais que je paraissais bien dans l’uniforme de ce service. »

En fait, 13 Canadiens noirs ont réussi à s’enrôler pendant la période de 1936 jusqu’au 31 mars 1942, date à laquelle on a levé la restriction de recrutement liée à la couleur de la peau. En 2009, le major Mathias Joost, de la Direction – Histoire et patrimoine de la Défense nationale, avait réussi à trouver seulement 57 Canadiens noirs ayant servi dans l’ARC durant la Seconde Guerre mondiale, dont une femme.

Ayant une mauvaise vision, M. Alexander ne se rend pas à l’étranger. Il suit une instruction comme radiotélégraphiste à terre dans des endroits tels que Guelph, en Ontario, et à Lachine, au Québec. Ensuite, il se joint au personnel de la 7e École d’observation aérienne, à Portage La Prairie, au Manitoba, un établissement qui s’inscrit dans le Plan d’entraînement aérien du Commonwealth britannique. Il reçoit sa libération à la fin de la guerre, au grade de caporal.

« J’entretiens un lien spécial avec les militaires qui servent dans les Forces canadiennes et avec ceux aux côtés de qui j’ai travaillé pendant la guerre, dit M. Alexander. Je suis profondément troublé de ce qu’on remette en question tous les ans la pertinence du jour du Souvenir et d’entendre des gens dénigrer ce que les militaires ont fait pour nous. C’est faire preuve d’une naïveté crasse. Nous vivons dans un pays où nous jouissons de liberté et de démocratie. Il est donc important de souligner tous les ans les sacrifices consentis par des militaires afin que nous puissions jouir de tels privilèges. »

Les relations qu’entretient M. Alexander avec l’Aviation royale se poursuivent plus tard dans sa vie. Il assume le rôle de colonel honoraire de la 2e Escadre d’aviation tactique (qui deviendra la 2e Escadre) de novembre 1985 à décembre 1996. Un escadron des cadets de l’Aviation royale du Canada, l’Escadron 876 Lincoln Alexander, de Scarborough, en Ontario, porte son nom afin de lui rendre honneur. Il agit aussi à titre de directeur honoraire de la Ligue des cadets de l’Air du Canada.

M. Alexander fréquente l’Université McMaster de Hamilton, en Ontario, puis il étudie le droit à Osgoode Hall, à Toronto. Élu député de Hamilton Ouest en 1968, il est le premier Noir à accéder à la Chambre des communes, où il siégera pendant 12 ans.

Il écrit une autre page de l’histoire durant sa dernière année au parlement en obtenant le poste de ministre du Travail, devenant ainsi le premier Noir à faire partie du cabinet.

En 1985, Lincoln Alexander devient le 24e lieutenant-gouverneur de l’Ontario, soit la première personne issue d’une minorité visible à occuper cette fonction.

Pendant son mandat comme lieutenant-gouverneur de l’Ontario, qui durera plus de six ans, il se consacre aux jeunes et à l’instruction. Par ailleurs, on créera en son nom un programme visant à récompenser les jeunes qui font preuve de leadership dans la lutte contre la discrimination et le racisme dans leur école ou leur collectivité.

M. Alexander accepte alors la fonction de chancelier de l’Université de Guelph. En 1996, il devient président de la Fondation canadienne des relations raciales ainsi que commissaire honoraire des célébrations de l’Année internationale des personnes âgées en Ontario.

De plus, en 1992, M. Alexander est fait Compagnon de l’Ordre du Canada et est reçu à l’Ordre de l’Ontario. Puis, en juin 2006, on lui donne le titre de « plus grand Hamiltonien de tous les temps ».

« M. Alexander restera toujours pour nous celui qui a réussi à faire tomber les barrières ethniques dans le monde de la politique canadienne. Nous nous souviendrons aussi du très grand souci de justice sociale, de la compassion et de l’humanité qui l’ont animé tout au long de sa vie, a affirmé Peter McKay à titre de ministre de la Défense nationale, après le décès de M. Alexander. Il a profondément marqué le Canada et l’appareil politique canadien. »

« Sa profonde compassion, son leadership et sa joie de vivre étaient à la mesure de sa taille. Devenu un véritable modèle universel, il manquera à tous ceux qui l’ont connu. »

Le lieutenant-gouverneur Lincoln Alexander a eu droit à des funérailles d’État, tenues le vendredi 26 octobre dans sa ville, à Hamilton, en Ontario. Il a reposé en chapelle ardente dans le hall principal de la législature provinciale de l’Ontario jusqu’au soir du 22 octobre, et a été exposé à l’hôtel de ville de Hamilton jusqu’au jeudi 25 octobre.

Toutes les citations de M. Alexander proviennent de Go to School, You're a Little Black Boy: The Honourable Lincoln M. Alexander: A Memoir, publié chez Dundurn Press.

Article rédigé à l’aide de textes tirés du site Web du bureau du premier ministre de l’Ontario.

Date de modification :