L’évolution du « Lion » : l’histoire du 427e Escadron

Article de nouvelles / Le 19 janvier 2018

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Par le capitaine Pete Curtis

À la fin de l’année dernière, le 427e Escadron, basé à Petawawa, en Ontario, a célébré son 75e anniversaire. Ayant une histoire remarquable marquée par l’excellence, l’escadron a évolué considérablement depuis sa mise sur pied. Pendant près d’un siècle, il a dû s’adapter à plusieurs reprises au contexte de l’aviation en évolution constante.

Mis sur pied le 7 novembre 1942, à Yorkshire, en Angleterre, le 427e Escadron est à l’origine l’un des quinze escadrons de bombardiers de l’Aviation royale du Canada (ARC). Équipé au départ du bombardier bimoteur Wellington, l’escadron commence peu après à se servir d’un nouvel aéronef, soit le bombardier quadrimoteur Handley Page Halifax. L’escadron s’installe ensuite à Leeming, dans le North Yorkshire, en Angleterre, où ses militaires continuent d’exécuter des opérations jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Les « Lions » du 427e Escadron attirent l’admiration de nombreuses personnes au cours de la guerre, dont le géant du cinéma américain Metro-Goldwyn-Mayer (MGM), qui adopte l’escadron. Ainsi, MGM fait en sorte que le nom de vedettes telles que Judy Garland, Lana Turner et Joan Crawford puisse figurer sur les aéronefs de l’escadron. Si l’on en croit la légende, MGM aurait même offert à tous les militaires de l’escadron un laissez-passer à vie pour fréquenter ses salles de cinéma en Amérique du Nord. En plus de ces accolades, l’adoption d’un lionceau présenté par le premier ministre britannique de l’époque, Winston Churchill, popularise le surnom de l’escadron « Lion » et ses aviateurs deviennent parmi les plus respectés de la guerre.

Lorsque la guerre prend fin, le 427e Escadron compte quelque 3 200 sorties et une liste remarquable d’inscriptions au drapeau et de médailles, entre autres, quatre Ordres du service distingué, deux Médailles pour actes insignes de bravoure, 16 Médailles du service distingué dans l’Aviation et 147 Croix du service distingué dans l’Aviation.

Si le changement est la seule constante après la Seconde Guerre mondiale, l’évolution du 427e Escadron ne fait pas exception. Dissous après la guerre, l’escadron « Lion » reprend de nouveau le service en 1952, à Saint-Hubert, au Québec. Cette fois-ci, en tant qu’escadron de chasse, il se sert de l’aéronef F-86 Sabre, avant de se voir transférer de l’autre côté de l’océan Atlantique, à Zweibrücken, en Allemagne. L’escadron subit une autre transformation en 1962, lorsqu’il reçoit ses aéronefs CF-104 Starfighter. Il utilise l’intercepteur supersonique jusqu’à sa dissolution, le 1er juillet 1970.

Le 1er janvier 1971, l’escadron renaît une fois de plus et rentre au Canada, cette fois-ci en tant qu’escadron d’aviation tactique à Petawawa, en Ontario, où il est toujours établi aujourd’hui. Équipé d’aéronefs biplaces Cessna L-19 Bird Dog, d’hélicoptères CH-135 Twin Huey et d’hélicoptères CH-136 Kiowa, le 427e Escadron tactique d’hélicoptères participe à des déploiements dans le cadre de plusieurs opérations et missions de l’ONU dans le monde entier. En 1997, l’escadron adopte une flotte uniforme constituée d’hélicoptères CH-146 Griffon afin de soutenir la demande mondiale relative aux capacités d’aviation tactique du Canada.

Peu après la création de la Force opérationnelle interarmées 2, le 427e Escadron se dote d’une capacité aérienne relative aux opérations spéciales, devenant l’escadron de soutien de l’ARC consacré aux opérations spéciales. Plus tard, en 2006, le 427e Escadron fait l’objet d’une réorganisation pour soutenir la mise sur pied du Commandement des Forces d’opérations spéciales du Canada (COMFOSCAN). En 2007, il devient officiellement le 427e Escadron d’opérations spéciales d’aviation (427 Esc OSA).

À l’heure actuelle, le 427e Esc OSA fait toujours partie intégrante du COMFOSCAN. Ses militaires incarnent les forces spéciales jusqu’au bout des ongles. Et tout comme l’histoire du 427 Esc OSA, qui est encore loin d’être terminée, les « Lions » continueront d’évoluer et de grandir dans l’ARC et le COMFOSCAN pendant bien des années.

Le capitaine Curtis fait partie du 427e Escadron d’opérations spéciales d’aviation. L’article ci-dessus a d’abord paru dans le site Web de La Feuille d’érable, la source de nouvelles en ligne des Forces armées canadiennes.

Date de modification :