L’écho des cérémonies commémorant la bataille d’Angleterre retentit partout au Canada

Article de nouvelles / Le 3 octobre 2016

Cliquez la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

De la 16e Escadre et des Affaires publiques de l’ARC

Le personnel de l’Aviation royale canadienne (ARC) ainsi que des anciens combattants, des membres de leur famille et leurs amis se sont rassemblés sur les terrains d’aviation et les places publiques, dans les hangars et les musées de Terre-Neuve-et-Labrador jusqu’au Nunavut et en Colombie-Britannique pour souligner le 76e anniversaire de la bataille d’Angleterre le 18 septembre 2016.

Le personnel de la 16e Escadre Borden, en Ontario, n’a pas fait exception. Un défilé a été organisé au monument commémoratif de l’ARC situé sur le chemin Maple Leaf, à la Base des Forces canadiennes Borden, afin de se souvenir des sacrifices consentis dans le passé, puis de reconnaître le courage et la ténacité des hommes et des femmes qui ont permis aux forces alliées de remporter une victoire historique. À cette occasion, le colonel Andrew Fleming, commandant de la 16e Escadre, a occupé les fonctions d’officier de la revue.

Plus d’une centaine de Canadiens ont participé à la bataille d’Angleterre, qui s’est déroulée de juillet à octobre 1940. C’était la première fois dans l’histoire du Canada que nos propres ressources aériennes identifiables participaient à des missions de combat. Vingt-trois Canadiens ont perdu la vie pendant ces quatre mois.

Dans son allocution, le colonel Fleming a rendu hommage aux soldats qui ont combattu dans la bataille de l’Angleterre en rappelant comment, malgré l’avantage des Allemands, la Luftwaffe (la Force aérienne allemande) a été repoussée, à la fin de l’automne 1940, grâce aux efforts déployés par plus de 2 900 membres du personnel navigant des forces britanniques, du Commonwealth et alliées. Le tiers de ces jeunes hommes, dont l’âge moyen était de 22 ans, ont été tués ou blessés.

Le colonel Fleming a rappelé aux participants que les valeureux membres du personnel navigant n’étaient pas seuls dans leur combat. Contre toute attente, ils ont vaincu l’ennemi parce que la Luftwaffe avait omis de reconnaître qu’elle faisait face à un « système intégré de défense » comprenant un nombre considérable de membres du personnel de piste, de techniciens d’aéronefs, d’opérateurs radar, d’observateurs et de traceurs, dont un grand nombre a également perdu la vie au cours des attaques sur les terrains d’aviation et le quartier général dans le sud-est de l’Angleterre.

Et même pendant que les membres du personnel du Canada et des forces alliées déployaient tous leurs efforts au cours de l’été et de l’automne 1940, les aviateurs suivaient une formation au Canada dans le cadre du Plan d’entraînement aérien du Commonwealth britannique (PEACB) qui a été signé en décembre 1939. Les membres du personnel navigant de la Royal Air Force, de l’Aviation royale canadienne et d’autres pays suivaient une instruction dans les écoles du PEACB partout au Canada. À la fin de la bataille d’Angleterre, ils ont commencé à combler les rangs des escadrons décimés au cours de la bataille. Dans le cadre du PEACB, la station Camp Borden de l’ARC a hébergé l’école de pilotage militaire no 1.

Le colonel Fleming a dirigé le rassemblement en rendant hommage à ceux qui ont perdu la vie au cours de cette bataille et en réfléchissant à la ténacité remarquable dont ont fait preuve ces jeunes membres du personnel des Forces armées canadiennes, du Commonwealth et alliées, dans l’adversité.

Même si elles ont d’abord été surpassées en nombre et par une puissance de feu supérieure et si elles avaient moins d’expérience, les forces du Commonwealth et les forces alliées ont triomphé dans la bataille d’Angleterre. C’est grâce à leur courage et à leur ténacité qu’elles l’ont emporté et mené ceux qui les suivaient vers une fin de la guerre victorieuse.

Date de modification :