« L’ARC en entier à Trenton »

Article de nouvelles / Le 10 novembre 2016

Cliquez la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

par Ruthanne Urquhart

Dès le premier jour, Danny Swant savait ce qu’il voulait faire de sa vie.

« J’ai toujours eu la Force aérienne dans le sang; ça ne m’a jamais quitté depuis l’époque où j’étais un jeunot de 18 ans pendant la guerre, dit-il. J’adore la Force aérienne. S’ils m’acceptaient, j’y retournerais aujourd’hui même. Si je retrouvais ma jeunesse… » Ses yeux brillent et, pendant un instant, sa voix redevient jeune.

Nous sommes à Ottawa, en Ontario, le 18 septembre 2016, et il fait une chaleur agréable. Assis au soleil sur une chaise pliante, sa canne à la main, son veston brossé et les plis de son pantalon impeccables, M. Swant attend la cérémonie du dimanche de la bataille d’Angleterre qui aura lieu au Musée de l’aviation et de l’espace du Canada. « J’assiste à la cérémonie de la bataille d’Angleterre tous les ans, dit-il. L’an dernier, ma fille m’a promené sur la Colline du Parlement pour voir le superbe spectacle aérien et la cérémonie, et des officiers de la Force aérienne y étaient aussi. » La cérémonie spéciale tenue en 2015 à l’occasion du dimanche de la bataille d’Angleterre marquait le 75e anniversaire de la bataille.

Enrôlé dans l’Aviation royale canadienne en 1944, l’ancien combattant de 93 ans originaire d’Eganville (Ontario) a été envoyé en service au sein du 428e Escadron de l’ARC, aussi connu sous le nom de « Ghost Squadron » (escadron fantôme), à la station Dalton de la Royal Air Force dans le Yorkshire (Angleterre). « Comme j’ai fini les cours en tête de ma classe, on m’a inscrit comme spécialiste en hydraulique, dit-il. Personnel de piste pour les bombardiers Lancaster. » Sa fierté est évidente.

M. Swant a quitté l’ARC à la fin de la guerre, en 1945, mais s’est enrôlé à nouveau en 1946 à Trenton (Ontario). « Tous les membres de l’ARC finissent par se retrouver à Trenton, » dit-il en haussant les épaules avec un sourire. « On m’a envoyé travailler avec les Golden Hawks. »

Les Golden Hawks étaient une équipe faisant la démonstration d’avions de combat à réaction CF-86 Sabre peints de couleur or; l’équipe a été formée en 1959 pour célébrer le 50e anniversaire du vol motorisé au Canada et le 35e anniversaire de l’ARC. Les pilotes enthousiasmaient le public en volant bas, en repoussant leur verrière vers l’arrière pour saluer la foule. L’équipe a donné 316 spectacles avant de mettre fin à ses activités en 1963 avec un dernier spectacle à Montréal (Québec).

« Je m’occupais de la révision, poursuit M. Swant, et j’étais responsable des équipes.

Je faisais aussi les inspections de tous les aéronefs des Golden Hawks requises après 400 heures de vol. Le commandant d’aviation [Fern] Villeneuve m’a félicité à plusieurs reprises pour mon travail bien fait. »

M. Swant a également reçu trois prix pour avoir proposé plusieurs améliorations à l’aéronef qui ont « permis au gouvernement d’épargner de l’argent, dit-il. Je crois que certaines de ces inventions sont encore utilisées aujourd’hui, on ne sait jamais. C’était il y a si longtemps. »

Il a pris sa retraite de l’ARC en 1969. « J’aurais pu travailler encore cinq ans, mais j’ai décidé d’occuper un emploi civil. Je me suis retrouvé directeur des systèmes informatiques dans la fonction publique. » M. Swant et son épouse, également originaire d’Eganville, ont acheté une maison à Ottawa lorsqu’il a pris sa retraite. « Ma femme est décédée en 2012, dit M. Swant, alors maintenant je ne fais que regarder le temps passer. »

« Je vais au gymnase deux fois par semaine pour demeurer en forme. J’aurai 94 ans en février. Je me sens plutôt bien, sauf pour ce qui est de mes jambes. J’ai trop joué au hockey pendant la guerre, pour la Force aérienne », dit-il d’un air contrit. « J’ai perdu du cartilage dans les deux genoux. Quand on a voulu m’opérer, tout le monde m’a conseillé de ne pas subir l’opération. »

Après avoir subi une opération de remplacement des genoux, M. Swant a joué au hockey avec une équipe de joueurs plus âgés de l’ARC, et il a aussi arbitré des parties de baseball et de softball. « Finalement, on m’a dit que j’étais trop vieux pour ça, dit-il. J’étais en état de choc! »

La chaîne CTV Ottawa a fait une entrevue avec M. Swant il y a quelque temps. « J’ai fait des exercices pour l’émission du matin. Alors quand j’allais prendre une bière, beaucoup de mes camarades disaient “Ah! oui, nous t’avons vu à la télévision.” » En voyant son sourire, on comprend que ces commentaires lui faisaient plaisir.

 Le son creux d’un doigt tapotant un micro pour le tester annonce le début de la cérémonie commémorative de la bataille d’Angleterre qui aura lieu aujourd’hui. M. Swant se redresse sur sa chaise, tire sur son veston et pince les plis de son pantalon. Pas d’exercices aujourd’hui. C’est plutôt le moment de se rappeler du temps où son amour pour l’ARC a vu le jour, quand il était un adolescent écoutant les bulletins de nouvelles, des premières pertes terribles, et enfin de la victoire épatante des aviateurs du Commonwealth et du personnel de piste qui ont combattu dans la bataille d’Angleterre.

Date de modification :