L’ARC affectera une force opérationnelle aérienne à la mission de l’ONU au Mali

Article de nouvelles / Le 19 mars 2018

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Ministère de la Défense nationale et Affaires mondiales Canada

Dans le cadre de la reprise des opérations de la paix par le Canada, une force opérationnelle aérienne (FOA) participera à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) pendant une période de 12 mois.

La FOA comprendra deux hélicoptères CH-147F Chinook de l’Aviation royale canadienne, qui assureront une capacité urgente de transport et de logistique pour la MINUSMA, et quatre hélicoptères CH-146 Griffon, qui assureront une escorte et une protection armées, ainsi que les équipages et le personnel de soutien nécessaires. Le déploiement comptera aussi un certain nombre de soldats des Forces armées canadiennes qui soutiendront les évacuations médicales de militaires au sol et apporteront un appui logistique.

« En tant que membre responsable de la communauté internationale, le Canada constate l’importance du travail en collaboration avec ses partenaires en vue de favoriser la paix et la sécurité. Je suis certain que, soutenu par nos négociations diplomatiques, le déploiement de la force opérationnelle aérienne pourra améliorer grandement la situation dans la région », a dit Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense nationale.

Le Canada appuiera ainsi le travail de 57 pays participant à la MINUSMA en vue d’instaurer un climat de paix et de stabilité au Mali et dans le Sahel. L’annonce d’aujourd’hui s’ajoute aux programmes considérables de développement, de paix et de sécurité que le gouvernement mène dans la région.

Contexte

Le Canada est résolu à créer un monde plus paisible et plus prospère. Pour assurer la sécurité de ses citoyens, et de ceux de ses alliés, notre pays doit lutter contre l’instabilité et les conflits partout dans le monde. Le soutien qu’apporte le Canada aux missions de maintien de la paix des Nations Unies permettra aux collectivités vulnérables et marginalisées de se façonner un avenir meilleur.

Au cours de la réunion des ministres de la Défense sur le maintien de la paix des Nations Unies, que le Canada a accueillie à Vancouver en novembre 2017, le gouvernement du Canada a annoncé la reprise de ses opérations de paix en plus de s’engager à améliorer l’efficacité des opérations de paix de l’ONU de diverses manières, dont :

  • les Principes de Vancouver, qui visent à mettre un terme au recrutement et à l’utilisation d’enfants‑soldats dans le monde;
  • l’Initiative Elsie, un projet pilote qui vise à accroître rapidement le nombre de policières et de femmes militaires affectées à des opérations de maintien de la paix des Nations Unies et qui s’appuie sur l’expertise et l’engagement politique d’un groupe de pays partageant l’ambition du Canada en matière de changement; 
  • une gamme d’engagements conjoints et des capacités militaires considérables qui seront déployées au cours des cinq prochaines années lors de rotations planifiées et prévisibles aux côtés d’autres pays membres, afin de mettre à profit l’expertise canadienne. Parmi les capacités promises, on compte une force de réaction rapide ainsi que l’équipement connexe, une force opérationnelle aérienne composée d’hélicoptères polyvalents armés de taille moyenne, le transport aérien tactique de soutien nécessaire pour combler les lacunes des Nations Unies quant à leur capacité de transporter du personnel, de l’équipement et des provisions à l'appui de leurs missions.

Le premier engagement conjoint, soit l’envoi au Centre de soutien régional des Nations Unies à Entebbe, en Ouganda, d’un aéronef CC‑130 chargé d’effectuer du transport tactique, a été annoncé à Vancouver et les préparatifs en vue du déploiement sont en cours.

Le déploiement de la FOA au Mali constitue le deuxième engagement conjoint. Dans les jours à venir, le Canada inscrira son engagement auprès de l’ONU, après quoi les Forces armées canadiennes pourront entamer leur processus de planification de concert avec l’ONU, les partenaires et le pays hôte. 

Date de modification :