En mémoire de la légende de l'aviation Russell Bannock

Article de nouvelles / Le 10 janvier 2020

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Magazine Skies

Le lieutenant-colonel d'aviation (à la retraite) Russ Bannock, classé au second rang des as de l’Aviation royale canadienne durant la Seconde Guerre mondiale, s’est libéré des emprises de la terre le 4 janvier 2020, à l’âge de 100 ans. En l’honneur de l'aviateur, qui a connu une brillante carrière dans l’entreprise de Havilland Aircraft et d’autres organisations d’aviation civile après la guerre, nous vous offrons l'hommage suivant publié par le magazine Skies dans son site Web le 6 janvier 2020.

Le 100e anniversaire de Russell Bannock, le 1er novembre 2019, s’annonçait haut en couleur.

Dans un courriel envoyé à Skies au mois d’octobre, son fils, Michael Bannock, disait que le centenaire souhaitait se soumettre à un examen médical pour renouveler son droit de piloter. Ainsi, il planifiait célébrer son grand jour en s’envolant du port de Toronto aux commandes d’un superbe Beaver à moteur à pistons muni de flotteurs.

Dans son message, Michael expliquait qu’il s’agissait de l’endroit exact à partir duquel son père avait quitté le port en septembre 1947 aux commandes du tout premier Beaver muni de flotteurs.

Malheureusement, dame Nature ne le voyait pas de cet œil et le mauvais temps a contrecarré le plan de vol. La famille Bannock s’est plutôt réunie au Granite Club de Toronto pour célébrer.

Toutefois, ce projet ambitieux laisse entrevoir l’esprit intemporel de M. Bannock et sa passion pour l’aviation, une industrie dans laquelle il a joué un rôle fondamental dès le début de sa formation de pilote en 1937, au Edmonton Flying Club.

Mais voilà que, un peu plus de deux mois après le 100e anniversaire de M. Bannock, le milieu de l’aviation du Canada pleure le décès du pilote, survenu le 4 janvier 2020.

Selon le Panthéon de l’Aviation du Canada, dont M. Bannock est devenu membre en 1983, ce natif d’Edmonton a obtenu son brevet de pilote privé en 1938 et son brevet de pilote professionnel l’année suivante.

Il s’est joint à l’Aviation royale canadienne (ARC) au début de la Seconde Guerre mondiale et, en 1940, il a été affecté à l’École centrale de vol à Trenton, en Ontario, comme instructeur de vol. En septembre 1942, M. Bannock est devenu instructeur-chef à la 3e École de vol à Arnprior, en Ontario. Au total, il a donné plus de 2 000 heures d’instruction aux pilotes stagiaires inscrits au Programme d'entraînement aérien du Commonwealth britannique.

En 1944, il s’est rendu à l’étranger et, en juin de la même année, s’est joint au 418e Escadron de l’ARC, à titre de pilote d’appareils de Havilland Mosquito lors de missions de harcèlement menées partout en Europe. Son succès lui a valu d’être nommé commandant d’aviation, puis il a été promu rapidement au grade de lieutenant-colonel d’aviation et a pris le commandement du 418e Escadron en octobre 1944. Peu de temps après, il est devenu commandant du 406e Escadron et a reçu l’Ordre du service distingué en raison de son leadership exemplaire dans ce poste de commandement.

Au cours de cette période, M. Bannock a étroitement collaboré avec son navigateur, le lieutenant d’aviation Robert Bruce. Ensemble, M. Bannock et M. Bruce ont fait la guerre aux bombes volantes V-1 à pulsoréaction allemandes, allant jusqu’à en détruire quatre en une heure.

Selon le Panthéon de l’Aviation du Canada, une fois avril 1945 arrivé, M. Bannock était déjà responsable de la destruction de onze aéronefs ennemis et de 19 bombes volantes V-1, méritant ainsi le surnom de « Sauveur de Londres » et l’honneur de devenir le principal chasseur de nuit de l’ARC pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il s’est également classé au deuxième rang des as de l’aviation du Canada.

En mai 1945, M. Bannock est devenu directeur des opérations au quartier général de l’ARC à Londres. Il a conservé ce poste jusqu’en septembre, où il s’est joint au Royal Air Force Staff College.

À sa retraite de l’ARC, en 1946, M. Bannock a entrepris l’étape suivante de son extraordinaire carrière en aviation. Il est rentré au bercail et a commencé à travailler chez de Havilland Aircraft Company of Canada Ltd. à Downsview, en Ontario, en tant que chef pilote et directeur des opérations.

En 1947, il a piloté le prototype de l’appareil DHC-2 Beaver créé par de Havilland et en a si bien montré les capacités de décollage et d’atterrissage courts que les forces terrestre et aérienne américaines ont commandé 978 de ces avions.

Dans les années 1950 et 1960, M. Bannock a connu du succès dans la vente des autres appareils à décollage et atterrissage courts de l’entreprise, notamment le Otter, le Twin Otter, le Caribou et le Buffalo. Il a brièvement quitté de Havilland en 1968 pour fonder Bannock Aerospace Ltd., sa propre entreprise de services-conseils, avant de retourner chez le manufacturier en 1975 et d’accéder au poste de président-directeur général. Il a quitté l’entreprise à nouveau en 1978 et est retourné à Bannock Aerospace.

Il a collaboré avec de nombreuses organisations de l’industrie, dont le Canadian Aeronautical Institute, l’Association des industries aérospatiales du Canada et la Canadian Fighter Pilots Association. M. Bannock a aussi présidé l’organisation du Panthéon de l'Aviation du Canada de 1988 à 1995. Il a participé au plus récent souper annuel du Panthéon de l’Aviation du Canada à Montréal en mai, où on lui a remis son portrait fait par feue Irma Coucill, une artiste canadienne renommée. Encore cet automne, il jouait au golf par beau temps et au curling trois fois par semaine.

Il laisse dans le deuil ses quatre enfants, onze petits-enfants et cinq arrière-petits-enfants.

Les contributions légendaires que M. Bannock a apportées dans l’ARC et le milieu aérospatial civil sont sans pareilles. Sa perte est douloureusement ressentie par tous ceux qui honorent sa mémoire et ses nombreuses réalisations importantes.

Nous remercions le magazine Skies de nous avoir permis de traduire et de reproduire l’article précédent.

Avis de décès

C’est avec tristesse que la famille Bannock annonce le décès de Russ, survenu le samedi 4 janvier après un court séjour à l’hôpital général North York. Il est né le 1er novembre 1919 à Edmonton, en Alberta. En 2014, il a été précédé dans la tombe par son épouse Norah (née Quinn). Russ laisse dans le deuil ses quatre enfants : Paul (Carla), Anne (Steve Smith), Michael et John (Martha); ses onze petits-enfants et ses cinq arrière-petits-enfants, qui ont été une présence constante dans sa vie.

Il a servi dans l’Aviation royale canadienne pendant la Seconde Guerre mondiale avec distinction et a pris sa retraite en tant que lieutenant-colonel d’aviation (DSO, DFC et barrette).

Russ s’est joint à De Havilland Aircraft Company après la Seconde Guerre mondiale en tant que chef pilote et, lorsqu’il a pris sa retraite, il en était le président-directeur général. Il a fondé Bannock Aerospace, une entreprise de crédit-bail d’aéronefs et de courtage, et a continué de travailler même à 70 ans passés. Il participait avec enthousiasme à de nombreux clubs de sport en Ontario et au Québec. Il aimait le golf et la pêche à la mouche, et a continué de jouer au curling jusque dans les semaines précédant son décès.

Russ était un membre fier du Panthéon de l’Aviation du Canada, de l’Ordre de l’Ontario et de la Légion d’honneur française.

Même âgé de plus de 90 ans, il était encore en mesure de prendre soin de notre mère et a continué de faire du bénévolat à Cummer Lodge après le décès de cette dernière.

Une messe commémorative a lieu le vendredi 10 janvier, à 11 h, à l’église Blessed Sacrament, qui est située au 24, Cheritan Avenue, à Toronto, en Ontario (au sud de la rue Lawrence, à partir de la rue Yonge).


 

Joignez-vous à l'ARC : Osez vous surpasser

Les chercheurs en communications interceptent et analysent les transmissions électroniques, dont les communications de forces étrangères. Ils protègent également les réseaux informatiques du gouvernement du Canada.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :
         - Réunir, traiter, analyser des données sur l’activité électromagnétique dans le spectre des radiofréquences en utilisant du matériel ultramoderne et faire un rapport sur les résultats
         - Gérer et protéger les réseaux informatiques
         - Veiller à ce que la technologie de l’information soit protégée
         - Utiliser des publications classifiées et les tenir à jour

http://forces.ca/fr/carriere/chercheur-communication/  

Date de modification :