Des réservistes de l’air du Canada s’entraîne en Pennsylvanie

Article de nouvelles / Le 17 juin 2016

par le major Angela King-Sweigart

Trente réservistes de l’Aviation royale canadienne et des aviateurs américains en activité de service ont aidé à rénover un bâtiment à Fort Indiantown Gap (Pennsylvanie), un emplacement d’entraînement de la Garde nationale (National Guard), dans le cadre de leur entraînement de deux semaines en mai 2016.

L’équipe comprenait des ingénieurs spécialistes des ouvrages verticaux du 14e Escadron de génie construction, une unité de la réserve de l’Aviation royale canadienne (ARC) ayant son quartier général à Bridgewater (Nouvelle‑Écosse), et du personnel d’autres unités. Les Canadiens comptaient parmi eux gens de métier, y compris des plombiers, des techniciens en CVCA, des électriciens et des techniciens construction.

« Les réservistes de l’ARC venaient de toutes les parties du Canada », a déclaré l’adjudant Blane Reynolds, membre de la 192e Escadrille de génie construction Aldergrove (Colombie‑Britannique). « C’était la première fois que certains d’entre eux voyageaient à l’extérieur du Canada, a-t-il ajouté. Nous avons ici des représentants de toutes les parties de notre pays, d’un océan à l’autre. »

Les Canadiens sont venus se joindre à leurs homologues américains dans le cadre du Programme des déploiements d’entraînement. Les exercices composant ce dernier ont pour but d’accroître l’état de préparation des ingénieurs militaires tant canadiens qu’américains et d’améliorer l’interaction entre les ingénieurs des forces des États-Unis et du Canada qui travaillent ensemble pour appuyer des opérations de déploiement.

Les Forces armées canadiennes participent à des exercices comme celui de Fort Indiantown Gap depuis plus de 20 ans. L’expérience s’est avérée profitable pour les troupes canadiennes et américaines.

« Nous avons tous été très bien accueillis, a affirmé le lieutenant Zaneta Balazova, membre de la 192e Escadrille. Nous avons bien aimé travaillé avec nos alliés, et l’expérience a été très positive. »

Les Canadiens ont accompli des travaux considérables sur deux bâtiments pendant leur séjour à Fort Indiantown Gap : ils ont notamment aidé à poser des câbles et à ériger des colombages. « Cela a été un voyage productif », de dire l’aviateur Erik Kallweit, lui aussi membre de la 192e Escadrille.

Leurs hôtes américains ont confirmé les avantages du programme et la quantité de travail accomplie. « Les Forces canadiennes ont rénové un vieux bâtiment pour en faire une installation moderne digne du XXIe siècle dont profiteront les militaires qui s’entraîneront à Fort Indiantown Gap. Des expériences comme celle-ci au cours desquelles nous travaillons avec nos alliés et accomplissons beaucoup profitent aux forces tant canadiennes qu’américaines », a déclaré le lieutenant‑colonel Daneen Hutton (Armée des États-Unis), directrice des travaux publics pour l’installation.

Fort Indiantown Gap, qui est administré par des membres de la Garde nationale de la Pennsylvanie, est le centre d’instruction de la Garde nationale le plus occupé des États-Unis : plus de 120 000 militaires provenant de toutes les branches et de toutes les composantes des forces armées ainsi que de pays alliés, d’organismes partenaires fédéraux et locaux et d’États américains s’y entraînent.

Le major Angela King-Sweigart est officier des affaires publiques et membre de la Garde national de l’Armée des États-Unis à Fort Indiantown Gap (Pennsylvanie).

Date de modification :