Des colonels honoraires de l’ARC participent à une conférence sur l’aviation maritime

Article de nouvelles / Le 11 juillet 2018

Par Ryan Melanson et le sergent James Cowell

La 12e Escadre Shearwater et la 14e Escadre Greenwood, toutes les deux situées en Nouvelle-Écosse, ont accueilli ensemble la conférence annuelle des colonels honoraires de l’Aviation royale canadienne (ARC), du 6 au 8 juin 2018. Plus de 50 colonels honoraires de partout au pays y ont participé.

 « Le moment est certainement bien choisi pour nous rassembler à Shearwater et exposer nos colonels honoraires à la glorieuse histoire de la 12e Escadre », a déclaré le lieutenant-général Al Meinzinger, commandant de l’ARC, pendant la partie de la conférence portant sur la 12e Escadre.

Il a décrit les colonels honoraires comme des éléments vitaux de l’ARC, précisant que même si leur fonction n’est pas de nature opérationnelle, ils jouent néanmoins un rôle important auprès des escadres et des escadrons dont ils font partie : ils donnent des conseils ou de l’orientation aux officiers supérieurs, ils se font les porte-parole de l’escadron et de l’ARC, et ils jettent des ponts entre les militaires canadiens et l’ensemble de la population.

 « Leur travail est utile, car ils peuvent assurément proposer une perspective différente au commandant ou à l’adjudant-chef de l’escadron. À mon avis, la dimension qu’ils ajoutent à la mosaïque de notre escadron est fondamentale. Elle enrichit nos équipes dirigeantes d’une capacité supplémentaire », a-t-il poursuivi.

Selon le lieutenant-général Meinzinger, il y a de nombreux avantages à réunir les colonels honoraires tous les ans.

 Ils ont ainsi une occasion rêvée de poser des questions, de se revoir et d’établir des liens entre eux, et de vraiment solidifier et étoffer leur réseau. Surtout, en ce qui nous concerne, la conférence annuelle nous permet de leur présenter un bilan complet de ce qui se passe dans la Force aérienne.

Le bilan de cette année a pris la forme d’exposés de la part du lieutenant-général Meinzinger lui-même ainsi que du major-général Christian Drouin et du brigadier-général Dave Cochrane, respectivement commandants de la 1re Division aérienne du Canada et de la 2e Division aérienne du Canada, de dirigeants de la 12e Escadre, dont le colonel Sid Connor, commandant de l’escadre, et enfin des commandants du 406e Escadron maritime d’entraînement opérationnel et du 423e Escadron d’hélicoptères maritimes, chargés de l’instruction et des opérations ayant trait aux hélicoptères maritimes.

À Shearwater, on a mis l’accent sur l’hélicoptère maritime CH-148 Cyclone, et plus précisément sur l’intégration progressive du nouvel appareil aux opérations et sur l’instruction rigoureuse que ce processus implique. Les participants ont pu voir l’appareil à l’œuvre lors d’une journée en mer à bord du navire canadien de Sa Majesté Charlottetown le 6 juin : un Cyclone a volé à côté du navire tandis que deux aéronefs de patrouille à long rayon d’action CP-140 Aurora les ont survolés.

 « Nous avons pu voir en quoi consiste la collaboration entre l’aviation maritime et la Marine, et c’était tout un spectacle », a affirmé le colonel (à la retraite) John Roeterink, conseiller spécial du commandant de l’ARC et responsable du programme des colonels honoraires de l’ARC. Avant de quitter la 12e Escadre, les participants ont également visité le Musée de l’aviation de Shearwater, où l’aviation maritime occupe une très grande place.

La deuxième partie de la conférence a commencé sous les nuages le 8 juin, la pluie tombant sur la garde d’honneur de la 14e Escadre Greenwood qui attendait l’arrivée des colonels honoraires. Après l’inspection des soldats par le lieutenant-général Meinzinger, le colonel Mike Adamson, commandant de la 14e Escadre, a donné un court historique de l’escadre et un aperçu de ses ressources et de l’équipe qui les dirige, son équipe de commandement. Il a aussi parlé de l’interaction entre tous les secteurs et toutes les ressources.

Terry Kelly, colonel honoraire de la 14e Escadre, a, quant à lui, livré une allocution inspirante sur la visualisation.

 « Qu’en est-il de votre capacité de visualiser? »  a-t-il lancé à la ronde.

 « Votre capacité de visualiser continue de grandir jusqu’à votre dernier souffle » , a-t-il précisé. Il s’agit là d’un message percutant, car il est transmis par un présentateur aveugle qui l’a retenu dès son jeune âge après l’avoir reçu de ses enseignants, dont bon nombre étaient d’anciens militaires. Le colonel honoraire Kelly a conclu son propos sur un bel exemple de conscience de soi et quitté la scène en faisant un saut périlleux arrière.

Le ciel s’est dégagé à temps pour une photo de groupe, une visite du Musée de l’aviation militaire de Greenwood et une visite au 405e Escadron de patrouille à long rayon d’action. Plus tard dans la journée, Stéphane Guèvremont, Ph. D., historien militaire et colonel honoraire du 419e Escadron d’entraînement à l’appui tactique, a présenté un exposé mémorable sur l’histoire du 404e Escadron de patrouille à long rayon d’action et d’entraînement, qui est basé à Greenwood.

Favoriser l’esprit de corps n’est qu’un des nombreux rôles qui incombent aux colonels honoraires tout au long de leur mandat. Ces derniers se font tous un point d’honneur d’être à l’écoute des militaires et de leur famille. L’auteure-compositrice-interprète canadienne Loreena McKennitt, colonel honoraire de l’ARC, a affirmé que c’est  « un honneur et un privilège de soutenir ceux qui servent notre pays ».

J’Lyn Nye, colonel honoraire du 408e Escadron tactique d’hélicoptères, d’Edmonton, en Alberta, a pour sa part déclaré être  « impressionnée par la capacité d’adaptation des familles militaires » et appuyer fermement le travail des Centres de ressources pour les familles de militaires.

C’était la troisième conférence annuelle consécutive à laquelle assistait Ron Sparkes, Ph. D., colonel honoraire du 444e Escadron de soutien au combat, basé à la 5e Escadre Goose Bay, à Terre-Neuve-et-Labrador. Comme il n’avait aucune expérience du monde militaire, a-t-il dit, la rencontre d’équipages de l’ARC pour se familiariser avec leur métier est l’un des points saillants de sa fonction, et la rencontre annuelle lui permet d’en découvrir encore plus.

« Je suis un novice; je ne connais rien de plus aux aéronefs que ce que j’ai pu apprendre comme passager. C’est formidable de pouvoir me présenter au hangar [de la 5e Escadre], où se trouvent les hélicoptères Griffon, et de rencontrer les techniciens en recherche et en sauvetage qui en sautent pour se lancer à l’eau. Je peux en dire autant de mes rencontres avec les gens de Shearwater et de toutes les escadres que j’ai visitées. J’adore discuter avec eux et écouter ce qu’ils ont à dire. »

Il a ajouté que les exposés, les visites et les renseignements dont jouit le groupe sont également inestimables et qu’il repart enrichi de connaissances et d’une sensibilisation accrues, ainsi que de nouveaux outils qu’il pourra mettre à contribution dans son rôle de porte-parole de la Force aérienne dans sa collectivité.

«  Nous assistons à des présentations de la part de militaires supérieurs des plus hautes sphères de l’organisation, qui nous expliquent l’orientation de la Force aérienne, certaines de ses difficultés, et ainsi de suite. Il s’agit d’information importante pour nous, même pour les novices comme moi, car elle m’indique quels secteurs pourraient nécessiter un peu plus d’attention ou de soutien », a conclu le colonel honoraire Sparkes.


M. Melanson travaille pour le Trident, journal de la base des Forces canadiennes Halifax, et le sergent Cowell fait partie des Services multimédias de la 14e Escadre Greenwood. L’article précédent a d’abord paru dans The Aurora, journal de la 14e Escadre Greenwood.

Date de modification :