Commémoration de l’École élémentaire de pilotage no 31

Article de nouvelles / Le 8 août 2016

Cliquer la photo sous la rubrique « Galerie » pour voir d’autres photos.

Par Anne Gafiuk

Près de 200 personnes se sont rassemblées, à la mi-juin, pour célébrer le 75e anniversaire de l’École élémentaire de pilotage no 31 (31 EEP) De Winton, là où se trouvait autrefois la base aérienne de la Deuxième Guerre mondiale, à quelque 25 kilomètres au sud-est de Calgary, en Alberta.

L’École élémentaire de pilotage no 31, un établissement d’instruction de la force aérienne britannique, la Royal Air Force (RAF), mise sur pied en Angleterre en avril 1941, a entrepris ses activités le 18 juin 1941 après son déplacement à De Winton. Une des écoles de la RAF installées au Canada pendant la guerre, dont l’exploitation a été confiée à l’Aviation royale du Canada (ARC). Elle est dès lors devenue officiellement membre du Programme d’entraînement aérien du Commonwealth britannique (PEACB) et a été gérée par le Toronto Flying Club.

En avril 1943, l’École élémentaire de pilotage no 31 a remporté le fanion d’efficacité à titre d’EEP la plus efficace au Canada pour ce trimestre de l’année. Le mois suivant, elle décrochait le trophée Cock O’ the Walk.

D’après le livret commémoratif produit en vue de la réunion, « Le Calgary Herald a ainsi cité le vice-maréchal de l’Air G.R. Howsam, officier des opérations aériennes chargé du commandement de la 4e Région d’entraînement aérien, au moment de remettre le fanion d’efficacité au personnel rassemblé à De Winton : "Votre station s’est mérité le fanion du ministre et, par surcroît, le trophée Cock O'The Walk à titre d’école élémentaire de pilotage la plus efficace du Programme d’entraînement aérien du Commonwealth britannique, et ce n’est pas rien que de décrocher simultanément ces deux distinctions. Vous avez atteint la norme la plus élevée d’efficacité de toutes les écoles élémentaires de pilotage du monde et aucune autre organisation d’instruction au vol ne se compare à la vôtre" » [traduction].  

En juillet, l’École clamait fièrement sur son char allégorique, lors du défilé du Stampede de Calgary : « Nous enseignons le pilotage au monde entier » (We Teach the World to Fly).

L’École a fermé ses portes en septembre 1944 et, de nos jours, son aérodrome est très peu  utilisé. Certains des bâtiments datant de la Deuxième Guerre mondiale, perdus parmi les hautes herbes de la prairie, sont cependant toujours debout.

On comptait parmi les distingués invités du 75e anniversaire, qui s’est déroulé sur le site de l’École, le 15 juin 2016, le capitaine d’aviation James Andrews de la Royal Air Force, le Dr Stéphane Gouvrement, historien et colonel honoraire du 419e Escadron d’entraînement à l’appui tactique (situé à Cold Lake, en Alberta), Susan Cowan, fille de l’un des commandants de l’École, le commandant d’aviation Ron Watts, le commandant d’aviation Rae Churchill, instructeur pendant la Seconde Guerre mondiale à la Station Bowden du PEACB et la ministre de l’Église unie Susan Wilkinson‑Matticks.

Des anciens combattants canadiens et des membres du personnel ayant travaillé à l’École élémentaire de pilotage no 31 accompagnés de membres de leur famille, des fervents d’histoire locale et des représentants des médias étaient également présents.

Le maître de cérémonie, Tim Johnston, de Calgary, membre de la Canadian Aviation Historical Society, a lu des extraits du journal quotidien de l’École, ce qui a donné aux convives une idée de ce qu’était la vie à la base. Plusieurs de ces récits ont fait sourire, et parfois rire, l’auditoire captivé. Le colonel honoraire Gouvrement a souligné la mesure dans laquelle le Programme d’entraînement aérien du Commonwealth britannique a compté dans la victoire des Alliés.

Au cours de l’événement, deux des trois types d’aéronefs qu’utilisait l’École se sont envolés : un Boeing Stearman piloté par Alex Bahlsen et un Fairchild Cornell piloté par Don McLean. Dave Birrell, directeur du Bomber Command Museum of Canada, situé à Nanton, en Alberta, a donné un exposé sur les aéronefs de l’École. L’auditoire a acclamé les aéronefs lors de leur passage et le Stearman s’est livré à quelques acrobaties. Le troisième aéronef de l’École était le de Havilland Tiger Moth, mais malheureusement, le Tiger Moth dont Doug Robertson est le propriétaire et pilote a dû rester au sol.

Le commandant d’aviation Churchill, le capitaine d’aviation Andrews et Mme Cowan ont dévoilé une plaque de bronze commémorant l’École,  qui fut bénie par la révérende Wilkinson‑Matticks. Il ne reste plus qu’à l’installer dans la circonscription de Davisburg, à la limite de l’emplacement de l’École élémentaire de pilotage no 31 De Winton.

Après les cérémonies à De Winton, les convives et les autres personnes présentes ont continué de profiter de la réunion dans le cadre d’une réception tenue à la salle communautaire de Davisburg.

La plaque commémorative

Voici le texte, traduit de l’anglais, de la plaque commémorative dévoilée et bénie lors de la réunion :

École élémentaire de pilotage no 31

Station De Winton de la Royal Air Force

Cette école, mise sur pied à Kirkham, en Angleterre, le 16 avril 1941, était l’une des six écoles élémentaires de pilotage de la Royal Air Force transférées au Canada pour assurer l’instruction des équipages aériens britanniques. Ces écoles et les autres écoles de la RAF au Canada fonctionnaient de concert avec les écoles du Programme d’entraînement aérien du Commonwealth britannique. En sont sortis 5 296 diplômés avant la réorganisation du Plan, en juillet 1942. Le Canada a été le pays directeur du PEACB, une entreprise gigantesque dans le cadre de laquelle 131 553 membres du personnel aérien ont réussi leur instruction dans 110 écoles d’entraînement.

Pendant sa durée d’exploitation, l’École élémentaire de pilotage no 31 De Winton a formé des équipages aériens de 20 pays libres ou occupés, notamment du Royaume-Uni, du Canada, de la Nouvelle-Zélande, de l’Australie, de la France, de la Tchécoslovaquie, de la Norvège, de la Pologne, de la Belgique et des Pays-Bas. Dans le cadre de la réorganisation, l’École élémentaire de pilotage no 31 et toutes les autres écoles de la Royal Air Force situées en territoire canadien ont été entièrement intégrées au PEACB. Le Toronto Flying Club s’est chargé de la gestion de l’École et la RAF a fourni des instructeurs de vol jusqu’à la fermeture de l’École, le 26 août 1944.

Les de Havilland Tiger Moths ont été les premiers aéronefs d’entraînement utilisés à la base. S’y sont ajoutés des Stearman PT-27 fournis à la Grande-Bretagne par les États-Unis en vertu de la Loi du prêt-bail. Une fois les Stearman retournés aux États-Unis, l’École s’est munie de Fairchild Cornell de fabrication canadienne.

Le rendement exceptionnel de l’École élémentaire de pilotage no 31 De Winton a été reconnu quand le fanion d’efficacité lui a été décerné, le 30 avril 1943. Tout de suite après, le 7 mai 1943, alors qu’elle était sous le commandement du commandant d’aviation R.E. Watts, l’école s’est vue décerner le trophée “Cock O’ the Walk” pour avoir atteint la norme la plus élevée d’efficacité de toutes les écoles élémentaires de pilotage du Commonwealth britannique.

Le monument commémoratif installé le 15 juin 2016 est dédié à la mémoire de ceux qui ont suivi leur instruction et fait leur service à l’École élémentaire de pilotage no 31 De Winton ainsi qu’à ceux qui ont fait le sacrifice de leur vie en défendant leur pays et leur démocratie.

Anne Gafiuk est membre de la Canadian Aviation Historical Society et auteure de She Made Them Family, a Wartime Scrapbook from the Prairies, un volume reposant sur un album de coupures réelles de l’époque de la Deuxième Guerre mondiale.

Date de modification :