« Aussitôt que vous revêtez l’uniforme, vous devez faire preuve de leadership. »

Article de nouvelles / Le 30 mars 2017

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Article tiré du journal The Aurora

On constate facilement l’excellence des militaires des Forces armées canadiennes; soutenir ces derniers grâce à l’excellence organisationnelle revêt la plus grande importance pour les hauts dirigeants.

C’est le point de vue de l’adjudant‑chef Kevin West, adjudant‑chef des Forces canadiennes, qui a visité la 14e Escadre Greenwood, en Nouvelle‑Écosse, le 2 mars 2017, afin d’y tenir plusieurs rencontres avec des militaires du rang de tous les grades.

« La priorité, c’est vous », a affirmé l’adjudant-chef West aux plus jeunes militaires de l’escadre au cours d’une séance de discussion ouverte. « Vous êtes l’avenir du corps des militaires du rang. Qui dans cette salle se tiendra ici dans 20 ans pour dire la même chose? Que devons-nous faire pour vous préparer à l’avenir? »

L’adjudant-chef West a souligné le travail exigeant de l’Aviation royale canadienne, en mentionnant que « le rythme des opérations est élevé et [que] c’est notre réalité aujourd’hui. Ça semble normal en ce moment, mais ça ne durera pas; la cadence augmentera encore ».

« Le monde est instable de nos jours et il est difficile pour tous, y compris les dirigeants, de savoir quand, pourquoi et d’où surviendra la prochaine difficulté. En attendant, nos supérieurs concentrent leurs efforts à l’interne : comment allons-nous recruter les prochains aviateurs, soldats et membres du personnel des Forces spéciales? Comment allons-nous les instruire et les former? De quelle façon et à quel moment allons-nous leur offrir l’expérience dont ils ont besoin? »

« En ce moment, nous nous penchons sur l’excellence organisationnelle, c’est-à-dire tous les éléments qui vous permettent de faire votre travail : la solde, le logement, la pension et les politiques. Ils sont tous essentiels. Si nous ne disposons pas du soutien nécessaire à l’accomplissement de notre mission, nous sommes voués à l’échec. »

« Certaines de nos politiques datent des années 70, a reconnu l’adjudant-chef West. On ne s’entraîne et on ne se bat plus de cette façon aujourd’hui. »

« Les Forces armées canadiennes s’efforcent d’établir des processus et des politiques qui répondent aux besoins actuels, mais qui répondront aussi aux besoins à l’avenir. Par exemple, pour faire en sorte que vous receviez votre chèque de pension à temps et pour simplifier le processus de déménagement. Nous nous penchons même sur le modèle d’emploi, car nous devons faire preuve de souplesse et, jusqu’à un certain point, nous adapter aux besoins professionnels particuliers des militaires. Toutes les propositions ont été présentées. Nous devons maintenant examiner et modifier notre façon de gérer notre ressource la plus importante : le personnel. »

« Nous devons prendre des risques et faire ce qu’il faut, a poursuivi l’adjudant-chef West. Il n’en revient qu’à nous d’agir. Nous ne pouvons accuser personne d’autre. Nous avons beaucoup de pain sur la planche et nous ne devons pas nous arrêter. »

Selon l’adjudant-chef West, l’idée selon laquelle on devrait traiter les militaires comme des personnes ou des membres la famille, depuis leur arrivée à un centre de recrutement jusqu’à leur décès, exige que l’organisation se transforme et évolue tout comme on demande au personnel de le faire.

« Lorsque vous vous enrôlez, on vous dit quand manger, où aller; on vous montre la voie tout au long de votre carrière, puis, à la fin, on reprend votre carte d’identité et on vous dit merci. Il y a beaucoup à faire de ce côté-là et nous devons traiter le personnel de la même façon tout au long de son service, avec respect. »

« Pourquoi les militaires des Forces armées canadiennes devraient-ils recevoir un traitement différent du reste de la société? » a demandé l’adjudant-chef West. « Parce que la raison pour laquelle nous nous levons tous les matins pour aller travailler est plaquée sur notre épaule gauche : le drapeau du Canada. C’est ce qui nous rend différents, pas meilleurs, simplement différents. Et c’est ce qui exerce une pression sur vous et sur vos proches. »

Se montrer à la hauteur du travail que nécessite la profession des armes se révèle très exigeant pour les militaires, a ajouté l’adjudant-chef West. « Si vous portez l’uniforme, agissez de manière à respecter ce qu'il représente. Ça veut dire que vous devez adopter un comportement éthique. Des gens tentent de porter atteinte au drapeau et à l’uniforme que nous portons si fièrement. Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser certaines personnes faire des bêtises ou maltraiter les autres. »

« Je veux que vous fassiez votre travail, et que vous le fassiez bien : aussitôt que vous revêtez l’uniforme, vous devez faire preuve de leadership », a conclu l’adjudant-chef West.

The Aurora est le journal de la 14e Escadre Greenwood.

Date de modification :