L'histoire de la 3e Escadre

La Station de Bagotville fut construite en juillet 1942 et avait pour mission l'entraînement des pilotes et la protection des installations d'Alcan et des centrales hydroélectriques de la région durant la Deuxième Guerre mondiale; d'où sa devise « Défendez le Saguenay ».

Fermée à la fin de la guerre, elle fut réouverte en 1951 en tant que base d'entraînement pour les escadrons destinés à la Division canadienne en Europe et pour soutenir les opérations de défense aérienne pour les nouvelles forces canado-américaines qui devinrent NORAD en 1958.

Suite à l'application du concept d'escadre au sein de la force aérienne, la 3e Escadre qui a successivement servi le Canada à Zweibrücken de 1952 à 1968 et à Lahr de 1988 à 1992, fut reconstituée à Bagotville le 1er avril 1993.

1942

La base des Forces canadiennes de Bagotville, qui s'appelait d'abord la Station Bagotville de la Première unité d'instruction opérationnelle, fut construite à l'été 1942 afin de répondre aux besoins croissants du système d'entraînement de l'Aviation Royale du Canada (ARC) en pleine Seconde Guerre mondiale. En plus de l'entraînement des pilotes, la station avait pour mission de protéger les installations d'Alcan et les centrales hydroélectriques de la région, d'où sa devise « Défendez le Saguenay ». À la fin de la guerre, la Station Bagotville est fermée puis remise en fonction le 1er juillet 1951 pour l'entraînement des escadrons destinés à la Division canadienne en Europe. Les escadrons 413 et 414 quittent d'ailleurs la région pour l'Europe le 7 mars 1953. Par la suite, les installations de Bagotville tournent au ralenti jusqu'en 1954, alors qu'elle devient la base d'attache permanente des chasseurs de type CF-100 Canuck « Tout temps » des escadrons 432 et 440.

1957

Bagotville est déjà à ce moment un maillon important du système de défense des Forces canado-américaines qui deviendra NORAD en 1958. En 1957, l'escadron 440 est muté vers Grostenquin en France et remplacé par l'escadron 413 qui est de son côté rapatrié d'Europe avec ses chasseurs CF-100. En 1961, les deux escadrons alors basés à Bagotville sont dissous et la base retrouve sa première mission d'instruction opérationnelle en plus de son rôle de soutien à la défense avec la création de la 3e Unité d'instruction opérationnelle de chasseurs « Tout temps ».

1961

Les années 1961 et 1962 marquent le début d'une ère nouvelle pour la base de Bagotville avec l'arrivée de l'escadron 416 le 31 décembre 1961 et ses nouveaux chasseurs CF-101 Voodoo. L'escadron 416 sera déménagé à la base de Chatham en 1962 et remplacé par l'escadron 425 (Alouettes), lui aussi équipé de Voodoo. C'est en 1969 que l'escadron 433 « Porc-épic » s'installe à Bagotville avec ses chasseurs CF-5 Freedom Fighter, un appareil de fabrication canadienne.

1982

L'année précédente, la 3e Unité d'instruction opérationnelle devient l'escadron 410 qui conserve sa mission d'entraînement à Bagotville jusqu'en 1982 alors qu'il déménage vers Cold Lake pour se convertir au nouveau chasseur canadien, le CF-18 Hornet. En juin 1982, l'escadron tactique 434 déménage avec ses appareils CF-5 de Cold Lake à Bagotville. Jusqu'en 1988, année où il est déplacé à Chatham. L'arrivée des chasseurs CF-18 à l'escadron 425 en mars 1985 marquera la fin de l'époque Voodoo. Le 15 janvier 1988, l'escadron 433 se convertit lui aussi au nouvel avion.

1991

Au printemps 1991, à la suite de la fermeture de la Station radar du mont Apica, le 12e Escadron de radar s'établit à Bagotville afin d'appuyer l'entraînement de CF-18 avec des services de contrôle tactique.

1993

En 1993, la Base de Bagotville prend le nom de 3e Escadre Bagotville et l'escadron 439 « Tigre » est reformé à Bagotville avec des CT-133 Silver Star et des hélicoptères Iroquois (remplacés par le Griffon en 1996).

2005

À l'été 2005, les escadrons 425 et 433 sont fusionnés afin de mieux répondre aux objectifs de la nouvelle politique de défense visant à faire de la 3e Escadre une force expéditionnaire. L'unité regroupée conserve le nom de l'escadron 425. Les couleurs de l'escadron 433 sont retirées le 15 juillet 2005 au cours d'une cérémonie officielle. Avec plus de 1 600 employés, militaires et civils, la base de Bagotville est l'un des plus importants employeurs de la région. Elle occupe ainsi une grande place tant dans la vie économique que sociale du Saguenay-Lac-Saint-Jean.