12e Escadron de radar

Avec la fermeture de la Station des Forces canadiennes Mont Apica en 1993, le 12e Escadron de radar (12 ER) s'installe à la 3e Escadre Bagotville où il offre la couverture radar nécessaire à l'entraînement des avions de chasse et participe à la réalisation des engagements canadiens en vertu de l'accord du NORAD.

Le 21 mai 1998, l'escadron, désormais considéré comme une unité de déploiement, s'est vu attribuer un statut opérationnel.

Afin d'être prêts à assumer ce rôle, les effectifs du 12 ER peuvent se déployer avec un préavis de 72 heures et assurer les opérations de surveillance 24 heures sur 24, et ce sept jours sur sept, jusqu'à 30 jours consécutifs après avoir atteint l'emplacement assigné.

La mission du 12 ER consiste à assurer le contrôle tactique et/ou la surveillance des opérations aériennes à partir de n'importe quel endroit dans le monde, tel qu'assigné par la 1ère Division aérienne du Canada/Région canadienne du NORAD (1 DAC/RC NORAD). Le 12 ER peut être utilisé en temps de paix, en cas de tension ou en temps de guerre; en appui à des missions de souveraineté nationale, des opérations et des exercices nationaux, du NORAD ou de l'OTAN; des opérations de lutte contre l'importation aérienne illégale de stupéfiants et en soutien à d'autres intérêts nationaux.

En garnison, les membres du 12 ER s'affairent au contrôle des aéronefs des escadrons tactiques de chasse (ETAC) de la 3e Escadre. Le système radar TPS-70 est installé au Lac Castor, à 35 km au nord de Bagotville, là où des techniciens de l'escadron travaillent quotidiennement. Les données du radar et les communications radios sont dirigées du Lac Castor au centre d'opérations situé à l'escadre par la voie d'énergie micro-ondes. La 22e Escadre de Contrôle Radar North Bay en Ontario reçoit la même information par l'entremise de ComSat via le satellite Anik E1.