L'histoire de la 22e Escadre

Exercice de décollage immédiat SKY SHIELD avec le CF-100 Avro

Exercice de décollage immédiat SKY SHIELD avec le CF-100 Avro

La 22e Escadre/Base des Forces canadiennes North Bay est l’escadre principale de l’Aviation royale canadienne (ARC) assurant la protection de la souveraineté aérienne en Amérique du Nord.

Ses débuts

La station de l’ARC de North Bay ouvre le 1er septembre 1951 au sein du nouveau réseau de défense nationale aérienne du Canada. Elle est construite en réponse à la menace provenant de l’Union soviétique durant la guerre froide.

Jusqu’en 1955, la station accueille la 3e Unité d’instruction opérationnelle de chasseurs « Tout temps », qui est l’école d’instruction de défense aérienne la plus perfectionnée au monde. Jusqu’en 1964, la station accueille tour à tour :

  • le 430e Escadron de chasseurs de jour
  • les 445e, 419e, 433e et 414e Escadrons de chasseurs « Tout temps »

Le 445e Escadron est le premier au monde à piloter le CF-100 Avro de conception canadienne, le meilleur intercepteur de son temps. Les 414e, 419e et 433e Escadrons le pilotent peu de temps après.

Une unité de défense aérienne au sol, la 6e Unité de contrôle et d’alerte (aérospatiale), s’installe à la station en 1952. Équipés de quelques camions, 35 officiers et  militaires du rang assurent :

  • la surveillance radar
  • l’alerte avancée
  • l’interception contrôlée au sol

De 1952 à 1960, la 5e Unité des Corps d’observateurs terrestres opère à North Bay. Elle dirige et contrôle plusieurs détachements assurant la défense aérienne des frontières de la Saskatchewan à celles du Québec en s’occupant de :

  • la surveillance visuelle aérienne
  • l’identification d’aéronefs
  • l’alerte avancée

Le NORAD arrive à North Bay

La salle bleue du SAGE au complexe souterrain du NORAD

La salle bleue du SAGE au complexe souterrain du NORAD

En 1963, après quatre ans de construction, le complexe souterrain du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD) ouvre ses portes à North Bay. L’installation principale :  

  • a la forme d’un huit 
  • s’enfonce 60 étages sous terre et est d’une hauteur de 3 étages 
  • est d’une longueur de 430 pieds et d’une largeur de 230 pieds 
  • comprend :
    • une cafétéria
    • une installation médicale
    • des salles des opérations
    • un poste de commandement
    • des installations informatiques

La Caverne d’alimentation électrique est :  

  • d’une hauteur de trois étages 
  • plus longue qu’un terrain de la Ligne canadienne de football 
  • d’une largeur de 50 pieds. 

Le complexe est spécialement conçu pour résister à une explosion nucléaire de quatre mégatonnes, soit 267 fois plus puissante que celle d’Hiroshima, tout en demeurant fonctionnel. En 2000, lorsqu’un tremblement de terre de 5,2 sur l’échelle de Richter secoue North Bay, aucune secousse n’a été ressentie dans le complexe.

L’ordinateur de défense aérienne du complexe, le SAGE, est de la taille de douze petites maisons et pèse 275 tonnes. Malgré tout, il ne possède qu’une mémoire de 256 K. Trois portes anti-explosions en acier de 19 tonnes chacune, du même type que celles utilisées pour les coffres de banque, protègent les installations. En dépit de leur poids, elles sont si bien équilibrées qu’une fillette de douze ans pourrait les faire bouger avec sa main.

À partir de ce moment, le personnel canadien et américain du NORAD protège la ligne de front de l’Amérique du Nord durant la guerre froide, soit le ciel : des Maritimes de l’est et du centre du Canada de l’Arctique 

En 1983, la station étend sa surveillance à l’ensemble du Canada, soit à un territoire de la taille de l’Europe. 

Le 1er avril 1966, la station est renommée « Base des Forces canadiennes (BFC) North Bay ». 

Le 446e Escadron de missiles sol-air, doté de missiles BOMARC à ogives nucléaires, relève de la base de 1961 à 1972.

Le 414e Escadron devient, en 1972, une unité de guerre électronique. Il est chargé d’assurer l’instruction du personnel de défense aérienne au sol et de l’équipage d’aéronefs afin qu’ils soient prêts à combattre un ennemi ayant attaqué leurs radars et leur système de radiocommunication. 

Deux missiles sol-air CIM-10B BOMARC à la BFC North Bay

Deux missiles sol-air CIM-10B BOMARC à la BFC North Bay

Après la guerre froide

En 1992, le 414e Escadron quitte la base et les structures du terrain d’aviation sont vendues ou démolies. La BFC North Bay est la seule base aérienne sans aéronefs et sans terrain d’aviation.

En 1993, la base est renommée « 22e Escadre/Base des Forces canadiennes North Bay », communément appelée « 22e Escadre ». 

En octobre 2006, le nouvel immeuble Sgt David L. Pitcher remplace le complexe souterrain, ce qui permet d’acquérir des ordinateurs et des appareils électroniques de défense aérienne de pointe.  

En 2014, la 22e Escadre assure la surveillance de l’espace. Le système est relié à Sapphire, le tout premier satellite militaire canadien, qui est l’un des capteurs participant au Space Surveillance Network des États-Unis. Le satellite est mis en orbite en février 2013 et est entièrement fonctionnel en janvier 2014.

Sapphire surveille en tout temps des « objets spatiaux en orbite » dans l’espace qui se trouvent entre 6 000 et 40 000 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre. Il transmet les données recueillies au Centre d’opération du système de détecteurs (COSS) de l’immeuble Sgt David L. Pitcher. Le COSS, à son tour, travaille conjointement avec le Joint Space Operations Centre à Vandenberg, en Californie. Durant sa première année d’activité, la 22e Escadre a aperçu 1,2 million d’objets spatiaux.